L’écrivain vu par Calaferte.

L'écrivain vu par Calaferte , dans Septentrion : " Il a écrit pour vous. Pour vous tous. Parce qu'il est venu au monde avec ce besoin de vider son sac qui le reprend périodiquement. Parce qu'il a vécu ce que nous vivons tous, qu'il a fait dans ses langes et bu au sein, il y a cela trente ou cinquante ans, a épousé et trompé sa femme, a eu son compte d'emmerdements, a…

Continuer la lecture

Cherchez

“Cherchez à dire, comme si vous étiez le premier homme, ce que vous voyez, ce que vous éprouvez, ce qui est pour vous objet d’amour ou de perte.” (…) “Décrivez tout cela en obéissant à une honnêteté profonde, humble et silencieuse, et, pour vous exprimer, ayez recours aux choses qui vous entourent, aux images de vos rêves et aux objets de vos souvenirs.” Rainer Maria Rilke, lettre à Franz Xaver Kappus (le jeune…

Continuer la lecture

Alphonse de Lamartine /A El***

A El*** Lorsque seul avec toi, pensive et recueillie, Tes deux mains dans la mienne, assis à tes côtés, J'abandonne mon âme aux molles voluptés Et je laisse couler les heures que j'oublie; Lorsqu'au fond des forêts je t'entraîne avec moi, Lorsque tes doux soupirs charment seuls mon oreille, Ou que, te répétant les serments de la veille, Je te jure à mon tour de n'adorer que toi; Lorsqu'enfin, plus heureux, ton front…

Continuer la lecture

Hugo-Les comtemplations, Autrefois

Plongé dans ma petite bibliothèque des Romantiques, me voilà chez Hugo, sous cet oeil attentif voir sévère je découvre ce texte, fort puissant en émotions dans mes moments présents. photo credit: jclepoulet Tu peux, comme il te plaît, me faire jeune ou vieux. Comme le soleil fait serein ou pluvieux L'azur dont il est l'âme et que sa clarté dore, Tu peux m'emplir de brume ou m'inonder d'aurore. Du haut de ta splendeur,…

Continuer la lecture

Alfred de Vigny—Dolorida

Romantique lui aussi, contemporain de Hugo, membre du Cénacle, poète et dramaturge lui aussi. Est-ce la Volupté qui, pour ses doux mystères, Furtive, a rallumé ces lampes solitaires ? La gaze et le cristal sont leur pâle prison. Aux souffles purs d'un soir de l'ardente saison S'ouvre sur le balcon la moresque fenêtre ; Une aurore imprévue à minuit semble naître, Quand la lune apparaît, quand ses gerbes d'argent Font pâlir les lueurs…

Continuer la lecture

Musset—La nuit de mai

photo credit: [phil h] Poète, amour passionné avec George Sand, de très belles pièces de théâtre, quelques recueils de poésie tel  "Les Nuits", en prose incontournable " Les confessions d'un enfant du siècle", cet auteur est un des pères du romantisme. Merci à Désirée Thome de me le rappeler au travers d'un extrait de ce texte, oui semble-t-il nous avons eu des échos de cette nuit de mai. Loué soit donc Musset, et…

Continuer la lecture

Cendrars -Les paques à New York

Modigliani
J'adore cet auteur, qui porte plus d'une vie dans quelques milliers de mots, plus d'une vie et tant de sens. Les Pâques à New York est un poème de Blaise Cendrars (1887-1961), publié en 1912 sous le titre Les Pâques aux Hommes nouveaux, une maison d'édition qu'il a créée la même année avec Emil Szittya. C'est en 1919 que le poème recevra son titre définitif. C'est un des textes fondateurs de la poésie moderne. Il influence Apollinaire et tout le mouvement littéraire qui se crée autour de lui.----Wikipédia

Continuer la lecture

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger

Fermer le menu
Creative Commons License