Un gout amer…

Rien ne sert de courir il faut juste se retourner, fermer les poings, hausser le ton. Premier poing, tout au fond de la main, cette gamelle que tu tends, est-elle pour moi le chien ? remplie d'eau croupie, envahie de ce qui me tuera. Ou est ce toi la victime derrière les barreaux, quettant d'aventure une obole à ta misère ? Ou encore, reine du couteau, salope de guerre, tu excites la pitié…

Continuer la lecture

Ego te absolvo

Jackson Pollock, number 7 J’écris en solitaire, seul, un solitaire seul, comme un envers solitaire, comme cet animalcule qui invertèbre mes propos, m’avale les mots, s’engouffre au fond tout au fond, j’écris et c’est mal si ça fait mal, où se touche le bien dans ce seul solitaire exil ? J’écris seul seul ou j’écris, je crie, et le solitaire de mes cris, crie des écrits, crie et griffe ses feux dans mon…

Continuer la lecture

Chanson pour Alex

photo credit: jakub.szestowicki   J'ai compté une par une toutes les gouttes et ça retombe je sais c'est terminé je les ai laissées toutes chuter on dit que ça marque la fin un gout de violette l'espoir peut même s'arrêter pourquoi rester là     À compter un par un tout nos baisers je les vois passer chaque soir on y pense demain sera un jour meilleur mais je les vois passer et…

Continuer la lecture

Des aiguilles

Le jour demeure crème, tout s'assemble dans une sorte de brume les lunes les illusions les vies, tout se ressemble et tout est si près de la différence, tout est moi et tout porte vers toi, tel un balancier d'horloge mais cette horloge est ici un coeur, un coeur autre ou un coeur soi, qui s'effeuille et se parle peu, qui se ment dans chaque regard porté, comme une autre main que soi…

Continuer la lecture

Sincérité

"Vis comme si c'était le dernier jour..." voilà donc ce que je prévois de prendre comme devise, je sais, je sais, c' est pas très nouveau, mais cela semble s' imposer au regard du temps vivant, encore un peu vivant. J'ai réussi à poser les mots, à les dire même, trouver un regard qui serait aimant, acceptant, un regard qui serait pas seulement dans l'amour, mais dans l' être, ce genre d'amour que…

Continuer la lecture

Oeil

Ce matin oeil sec fermé presque à la fin de la vie je sais tout est noir quand on se voit mal quand on prend le flou autour de soi comme une obscurité intérieure qui sort qui s'ingère, et qui se digère mal, car le mal de ventre est las bien là ici apportant la nausée elle vagabonde sur mes lèvres sans aucune place restante pour le désir juste tenter de retrouver la…

Continuer la lecture

Lettre à Alex-8-Lettre à Grégoire

Je doute, Grégoire, que tu attendes encore réponse de ma part, d'ailleurs il est si tard... D'autant que tes mots ne m'étaient pas adressé. Je ne suis pas Alex, ni ton ex, ni ton futur non plus d'ailleurs. Je ne suis qu'une infinie parcelle de ton présent, instant fugace qui deviendra passé à peine prononcé, prêt à être décomposé à coup d'imaginaire qui recompose sans fin les souvenirs à venir... Oui, je te…

Continuer la lecture

Lettre à Alex-7-Peine à comprendre

Pauvre Alex, tu peines à comprendre, encore que, tu rimes à surprendre, tous les écarts de langue age, comme une maison qui découvre le tangage. Mon coeur certes ne te chéris plus, car je n'ai plus rien à chérir, tout a brûlé, et des cendres, même celles de décembre, rien ne peut renaître, même l'envie de ton corps sain, qui me donne seulement envie de vomir après avoir lu tes mots. Comme si…

Continuer la lecture

Lettre à Alex-6-D’Alex à Grégoire.

Enfin libérer ma voix, dégager mes mots de leur gangue basaltique, les rouler dans ma bouche jusqu’au sang. Je n’ai jamais cru en toi. Il ne suffit pas de tendre la main pour toucher, pour saisir celui à qui l’on pense. En moi, le sec. En moi, le désert sans ombre. En moi ta folie à porter, transporter ailleurs. Pour recommencer ou pour en finir. Je me lève, absente, parmi les débris, les…

Continuer la lecture

Lettre à Alex-5- Belle Infortune et si noire ode

Alex, il est beau de juger, même s'il est trop tard, il est beau de se mentir, plutôt que de s'enfuir. Je tenais à la vie, elle me tient encore, alors dis lui merci. Je tenais à la vie, et là c'est elle qui me retient, comme un soleil s'ouvre en rayons, comme une feuille porte ton nom sur l'érable de la maison. A l'apex, on s'habitue à tout, la carte sauverait ici…

Continuer la lecture

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger

Fermer le menu
Creative Commons License