Peut-être ?

  Je sais la nuit, je sais. Le matin quand j'y arrive c'est tenu, pressé, exprimé, plus rien de soi, tout contre à refaire.   Le matin c'est l'après noir, l'après soir, l'après d'hier, l'après. Et pour recommencer il faut encore ouvrir les yeux, encore mettre les mains devant soi, qu'elles ne tremblent pas trop, autrement refermer les yeux très fort pour que cela ne soit qu'un mauvais réveil, mais. Se redresser ensuite,…

Continuer la lecture

D’une photo…

Une photo, une image encore, un mouvement, et la lune qui ploit, mes sourires qui se cachent derrière la vitre et Livia qui court la pluie commençant à battre le haut de ses jambes nues. Paroles de fontaine, quand elle tombe sur ses pas, paroles de souvenirs enfuis comme cachés au loin, partants sans envie de revenir, et Livia qui pousse la porte, et moi qui tousse pour masquer mes presque pleurs, c'est…

Continuer la lecture

Et si je m’allonge

Marc Binniger Et si je m'allonge long sur le roc les yeux dans le plein du soleil pour se bruler le regard j'aimerai la pluie blessante de poignards sur mon torse nu aussi Et si je ne vois plus si mon cœur enfin comme mon corps transpercés j'aurai le gout de la lumière passante maintenant là sans vrai souci Et parce que la nuit moi je ne danse pas je ne peux pas…

Continuer la lecture

Lettre à Amadéo

Rassure-toi P. tes mains sont noires d’encre, mais aucun sang n’y affleure. Tu t’es pris nos cœurs en pleine poire, tu voulais mourir avec moi tout à l’heure, tu voulais pleurer avec moi tout à l’heure, tu ne voulais pas être moi, mais tu voulais souffrir comme moi. Voilà qui est fait, et maintenant ? Heureux ? Mon cher Amadéo, je comprends ta peine, ta souffrance, et si j'ai choisi de raconter ton…

Continuer la lecture

Je me suis demandé

Marc Binniger Je me suis demandé si Dieu n'était pas Mattéo. Si dans ce cœur que l'on a enseveli il n'y avait pas l'étincelle du monde. Car depuis tout est éteint, tout brule mais sans chaleur, Livia danse toute la nuit mais pour qui, pour quoi ? l'invocation à la lune ne ramène personne d'autre que soi, et encore, chaque nuit, chaque danse enlève un peu plus, sa pureté diminue, entachée d'une nuit…

Continuer la lecture

Il faut lui dire

Marc Binniger Il faut lui dire. Je ne crois pas que la danse pourra nous sauver, il faut lui dire que l'espoir ça ne se trouve pas là-haut, l'envie de vivre non plus, ça se retrouve en-bas, ici-bas. Je sais pourtant, moi qui me promène parmi les fleurs, je sais que les parfums s'espacent, que la fleur se fane qu'ensuite les pétales tombent, tout devient las, tout finit en bas, tout repart au…

Continuer la lecture

Là-haut

Source: FlickrLà-haut, si le silence portait, si le silence nous y emportait, si la saveur du vide n'avait plus que le goût du sable. Là-haut, les fumées pas celles des nuages non, pas celles des fumeurs de Havane non, les fumées d'un cœur à cendres majorées, là dans une hypothèse qui se colle la malchance coté couleur et, qui apparaît donc dotée du plus beau noir, du plus noir de la nuit, celle…

Continuer la lecture

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger

Fermer le menu
Creative Commons License