Débuter, commencer, et par d’autres…

Débuter pour commencer, que diable !   Débucher, autre genre d'embuche quand la buche est demandée, souhaitée, désirée, quand le point dubesoin se fait double, que l'astérisque s'oublie, que l'accent s'efface, donc que la virgule disparait suite, et le diable là dedans, brulant, consumant, chaud comme l'enfer, enflammé, enfourné que sais-je encore moi, qui ne me souviens de rien de mes voyages en dessous...   Débucher pour déboucher, pour faire ouvrir les bouches,…

Continuer la lecture

Mon blues

L'horloge indique vingt deux heures trente, mais elle est en avance. Elle s'erre, elle pointe l'aiguille vers l'au delà, coincée sur un peut-être, un soupir, une envie, d'être là bas avant de partir, d'abandonner, de poser les mains pour ne plus les reprendre, de se savoir nue pour se vouloir encore plus. Le chien aboie et on laisse, on laisse cette chaîne accrochée pour ne pas avoir envie de pardonner le geste, une…

Continuer la lecture

À qui pardonne-t-on ?

j'aimerai apparaitre pour enfin disparaitre un matin à part être pour peu être un jour un dauphin fils de roi à qui l'on coupera la tête le coeur à l'intérieur chair à bruler à laisser de coté finir par tout refermer partir pour ne plus se relever alors enfin rester couché j'aimerai à part être devenir enfin quelqu'un une part d'hêtre une tranche un rondin laisser le coeur monter si haut que seul…

Continuer la lecture

Quelle couleur ?

visiter le site d'Edine Y a comme des mots qui s'en vont par eux des élémots qui montent sur leur cornac pour un chaleureux entre deux du genre qu'on croise pas régulièrement un pas de jeu inédit qui se voudrait langoureux mais se rassurer à demi-mot je trouve ça plutôt inquiétant alors repose ce crayon idiot si tu vois que je mens Et revenons vers le mystère qui se veut la vie en…

Continuer la lecture

Quand je triche

Quand tu me lances comme un dé/s/-incarné j'aime pas ce trop de toi qui me lâche au devant par un sourire même pas de joie Quand tu me danses comme indé-pendant sur le fil de tes proches souvenirs me voilà presque hissé tel un drap de peau où tu orais teinté de ces lumières afin d'éclairer plus loin voilà ce que je n'aime pas Quand dans le sable tu crois trouver un grain…

Continuer la lecture

Comme dans un film

Comme dans un film je reconnais que je porte mal la fourrure question d'usage je pense il me manque l'élégance du fauve n'ayant que le droit de porter la plume surtout si elle s'est usée comme dans un film au début je me sens bien le matin le soleil vert qui tisse sa toile et spiderman égaré ici qui finit sa journée en galette Me laissez pas trop rêver je mélange et rien…

Continuer la lecture

Tes arbres

peinture de Marlen Guérin  Tes arbres bougent comme l’aube les regarde Aile ne s’habille guère au quart de la nage d’une fleur Les arbres rouges comme l’aube aux renards elle ne s’habille guère écartée au loin des élans Pour un au-delà des crasses sombres sur écran alter-posé Tes charmes rougissent comme la soie que l'on garde de vert soi selon ce vent qui allonge tout De parme teinte ruine de coton quenouille regarde…

Continuer la lecture

C’est ivre

Je vois le ciel de l'autre coté du lit aux heures malencontreuses j'ai au contour des yeux des nuages de cailloux le cours de l'eau lui s'enfile vers l'horizon j'ai vu le jour reposer la nuit qui se terre dans le coeur de mon amie si j'en crois son coeur meurtri Je vois le ciel de l'autre coté d'ici aux jours couchants des nuages vont la recouvrant eux que les heures enterrent derrière…

Continuer la lecture

Fol

Si fol est le mouvement de ma nuit dans une sirène qui en surgit oui là pleine nuit à moi qui en suis est devenu pure suie Alors si fol que tu causes à mon corps des or- ages ou des paliers sorties du tiers d'un décor l'aube à dos de babouin isolé loin sur une côte des Maures la blonde la londe bée ouverte parant là sans mésaise le rideau d'un bruit…

Continuer la lecture

Gauche tremblements

Et si elle me sonne là je viens et si elle me sonne là je reviens de face et deux reports quand j'arrive si je repose là deux pièces pour décroiser les mots oui dans la mémoire quand elle se croise à ses pieds c'est en posant par la gauche que la main tremble ou commence à pâlir sur le chemin de la vive vie et elle me somme là je viens et…

Continuer la lecture

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger

Fermer le menu
Creative Commons License