Paupières 1 et 2

1-Paupières, tout n'est que paupières. Des mots posés sur du vide, et de l'huile sur un essieu. et des trous pour mieux percer, et des langes pour mieux cerner. pauper, pauvre en esprit, pauvre de mots , mais riches de rides dues aux maux. tout n'est que mots, les rires que je pose là sur trois lettres, aha. et les sourires que je ne sais poser en plus de trois mots. alors et…

Continuer la lecture

Pen-cil en trainée

J’ai le décalage en retard Encore une histoire trop tard Y retrouver une goutte d’espoir Je sais que c’est ton rêve d’un beau soir De mai. Bad dream for the reason why Et les étincelles sur mes doigts Qui rugissent presque d’effroi As alike wind in the sky Les trois colonnes en succès Miracle de l’éternité en sachet J’ai refermé les yeux une fois de trop Le feu qui prend mes pupilles Les…

Continuer la lecture

Argance

Ignames en troupeau Caresse ô marteau L’ombre de mon cœur Et son errance de flambeur Chasse au fond des lois L’amour comme une proie Armé de baisers humides Faire fi de ces tristes ides Il y a ailleurs d’autres jours Et de meilleures garanties L’ombre y brille sans souci Lumière interne aussi l’amour Une seule rime Pour guérir l’abyme Fugace réalité coming Let the love just arriving Sourire qui guide en souvenance Une…

Continuer la lecture

Mâchoire d’acier à Port-Vendres.

Les nénuphars éteignent le soleil en absence, Lumière intestine, saudade et pastels La chaleur est une caresse Qui s'étale sur le rivage bleu des nuages Alors ainsi comme un défi J’avale le coeur en même saveur Soulagement solide enfin Mirage automne comme soudain Mille heures qui se couchent sur mon destin. Et ils prennent leurs fusils, s’enlisent dans la gomme incestueuse, ils prennent le maquis, comme ils baisent, en compressant le fût de…

Continuer la lecture

Heurt Gris Vert

Les nénuphars éteignent le soleil en absence, Lumière intestine, saudade et pastels La chaleur est une caresse Qui s'étale sur le rivage bleu des nuages Alors ainsi comme un défi J’avale le coeur en même saveur Soulagement solide enfin Mirage automne comme soudain Mille heures qui se couchent sur mon destin. Et ils prennent leurs fusils, s’enlisent dans la gomme incestueuse, ils prennent le maquis, comme ils baisent en compressant le fut de…

Continuer la lecture

Dissociation ++ version déf

J'aimerai pouvoir manger cette armure, acier pur sucre lent mâtiné d'or noir; j'aimerai pouvoir parler sans lutte pour échanger mes lacunes contre celles des apôtres de la Une. J’aimerai sécher les lunes de Valréas, éreinter ses tornades, et briser ses rancunes, mais, mais...

Continuer la lecture

Résolution. 2 Raison ?

Puttez ces maux que je ne saurais faire rimer, Poussez les vers le déversoir, Le mauvais coté du réservoir. Puttez ces mots, Coté club, Coté fumoir, Coté cigarillos. Etonnez moi en sourire, Saisissez moi en principes, J’ai bien peur de ne plus rien vouloir, J’ai bien peur de ne plus avoir peur, Juste las, Juste las d’être, Las d’être là. Longue mise en scène pour une scène prise en trop gros plan, je…

Continuer la lecture

4-Réalité.Oralité.Royalité

Réalité. Lorsqu’on avance sur une avenue, lentement, laissant la musique pénétrer doucement le corps, laissant les os résonner aux rythmes languissants des tressautements de la chair. Quelle est donc l’apparence de l’être, est il plus vrai quand il brille dans la lumière, ou est il encore quelque chose quand il est perdu dans l’ombre de la nuit obscure. En fait on retombe sur la question classique : « un bruit dans la forêt,…

Continuer la lecture

3-Fragilité. Elle approche. Pierre.

Fragilité. Et les ongles qui cassent alors ? même s'ils ne sont pas griffes, ils désespèrent ma peau, et font couler mes larmes. trop de soucis et mes yeux pour parler, alors qu'en fait ils ne savent pas regarder. Elle approche. Ses mains se tendent. Luz, elle est si belle qu'ici, c'est les étoiles qui tombent, et nos jambes qui tremblent. Mais quand elle veut prendre ma main, j'ai encore les yeux fermés,…

Continuer la lecture

2-Stress.Osmose.Prunelle.Douleur

Stress. C’est comme un nuage qui écarte la lumière de nos regards, et de nos cœurs, comme un voile fugace mais efficace qui éternellement se superpose et recouvre nos esprits. Les clartés n’existent plus, l’obscurité altère toute relation. Et la lumière me direz-vous ? Quelle lumière ? Tout devient poisseux, et se glace, les instants s’immobilisent, le temps de rétracte, se contracte, et nous contracte aussi par osmose. Osmose. Osmose inverse plutôt. Séparer…

Continuer la lecture

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger

Fermer le menu
Creative Commons License