Sur une phrase tous les deux, faire naître deux oeuvres soeurs.

Sérénité

Marlen Guérin Tout commence là sur la route même ciel est bordé d’arbres et du rouge sang vers le sombre charbon qui se rêve encore au futur tout ce silence quand je vois ton cœur qui remonte vers la lumière oui parfois je le sens ou le souhaite Mais là où tout est paisible ce n’est pas le Japon ni la baie d’Ise qui se cache derrière le mur des monts, non là…

Continuer la lecture

Mauve

Brown comme alliée et nos murmures juste cassés sur l'ombre de ce mur mon coeur et ses remords j'ai perdu le dernier point de mon triangle vérité d'un tissu à jamais enfoui Marc Amsallem j'y ai même perdu l'ombre jamais venue de tes lèvres à ce ventre inconnu rien non rien ne saurait tout cacher les chairs plaqués entre les cendres et les plâtres jamais ma peau pour te recolorier mais j'ai cette…

Continuer la lecture

Osons !!

Le gris tourterelle pour parer au long de l'horizon d'une lune sans caresse dont mes mains sont en approche oui ciel tu es sans tristesse l'aube est encore loin je sais encore que de nos corps l'advenir vient du mot "osons"!   Osons, tu le dis, comme lointain de nos accords ? aurions nous préférés le tendre ou la faux du désaccord des corps ? aux partitions limpides, osons la cacophonie de nos…

Continuer la lecture

La naissance de l’Aube

Amel Zmerli, à voir ! Dans l'attente sirène se prépare à sortir du lot à naître dans le renouv-eau Dans l'attente Sereine porte bas le décolletée Quand dans le soudain se porte le cri des trompettes et que revient de ce matin avec l'aube l'or de la solarité Elle va se lever et apparaître enfin P.07

Continuer la lecture

Aqua-rêve

Marlen Guérin http://www.mille-poetes.com/Librairie_Livres-Art-001.html J'aime menthe quand tu tends vers le ciel mais ta main s'emportant vers le ô tout autour de toi c'est du bleu quand d'une aile noire tu surplombes les murs te juchant la main au coté je ne le sais où ce regard déjà ne peut se poser Tout autour de nous c'est de l'air qui grave ici où toute la lumière lentille message qui s'y ajoute ma Chimène Tu…

Continuer la lecture

Dans un recoin

Dans l'al touffeur dans l'al chimie les mots et leurs couleurs et mes pas sur des doigts comme dans l'ombre mes mots se décolèrent et oublient de se teinter exprimant loin là lune et ses étoiles cachées derrière tout tes baisers attablés et dans l'al souffrance mes émirs ont mis des cadeaux empoissonnés couleur saumon et dans nos lits d'autres sirènes chantants bouche ouverte sur des dents acérées dis-moi al or toi si…

Continuer la lecture

D’entre les En fers …

Sous les vers, en pan de soleil Comme en sus, s’épanouit l’intransigeance de nos raisons, et là l’abomination des limbes, en internement solitaire de nos maux sades, de nos mots solée, ineffaçables Comme du reste, à la lisière des déserts, les sables rouges en feu crevaient nos yeux arides et aveugles. Comme aussi, en mélopée lancinante et hurlante, nos fantômes, se réveillent en cliquetis chaînés Torpeur au vent madré, et la Parque et…

Continuer la lecture

Trois: Lune rouge sur fond de fleurs chemise

la lune trop rouge sur tes grands yeux bleus laisse ton coeur sourd que deux de mes regards las semblants bien seuls accourrent au devant de vos lèvres et aussi ce rêve qui me parle encor laisse le chemin aux prières bleues cette grande boucle naissante qui m'amène au plus près de chez toi même si dans les sables mon chateau s'enlise j'en referai deux la lune est trop pâle je la vois…

Continuer la lecture

Un: Nu vers nu

Je sais que changer ce que je n'ai pas connu est une gageure un pas sur le menu je me retrouve souvent dans l'inconnu mais love jamais never l'amour de l'instant,un défi toujours renouvelé a kiss for a dream et nos chasses vers des baisers des rêves,des traces sur mes joues bouton d'or à l'arrachée à destination commençant par l'aube je file vers le rien d'ailleurs d'ailleurs rien c'est tout à la fois…

Continuer la lecture

Deux : Vous et l’émoi

VOUS Je vous mènerai sur des chemins Où d'étranges lents demains Poseront leurs yeux et leurs mains Sur vous d'abord pour regarder Sur vous encore pour déchirer Une chair qui ne sait pas parler Pour laisser libre dans un coeur en soi Et je ferai de ma cuisine avec tous vos lambeaux Pour éteindre ces feux de vos limbes Exalter là des parfums à refleurir des peaux Pour en revêtir de nouvelles Et…

Continuer la lecture

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger

Fermer le menu
Creative Commons License