Jour 6

La question du jour c’est quel poids en baisers fait un poisson silencieux ?

Cela dépend il de la vitesse de la vague ? Quel est l’intensité du flux.

Et la couleur de la queue de l’écureuil ?

L’endormissement hivernal avec son froid calcul pèse t’il sur ces baisers ?

Ou tout au contraire conserve sa légèreté.

J’avoue que je penche un peu. Roue dans les vagues penchée. Pour mieux te voir et te prendre mon enfant…

Voilà oui jour 5

Formule week end. Avant l’autre formule contact. Formule sens. Alors comment opère-t-on ?

Voilà.

Question majeure alors qu’on ne rêve que de rester mineur. De fêter l’enfance à l’infini. Fi donc de ces adulties qui ne deviennent souvent que balbutiements d’une vie qui se sèche.

Je suis la roue dans les vagues ne l’oublie pas. et elle ne sait que tourner. elle ne sait rien d’ailleurs. Tourner n’est pas savoir, tourner c’est agir. Je ne sais rien. Je m’oublie et me retrouve, à chaque tour.

Et dans le flux flots. Il n’y a que les flots flux. Cet envers qui montre l’endroit. cet endroit où noûs émerge, s’immerge en nous comme il aussi s’émerge. c’est ainsi que moi devient roue dans les vagues, et que je cherche encore ce que tu es. Ce qui va devenir. Ce que tu deviens le temps que je tourne, le noûs se nourrissant de lui même, tu puises énergie dans mes tours de vagues.

Et c’est avec plaisir que je fais ça, que tu gonfles en toi cette aube.

avec la sapience de mes baisers du dimanche.

Jour 4

Et bien bonjour sous la pluie.
Chroniques du Poisson Silencieux. Sur Google+. Plus pratique.

Avec un train qui fait ses annonces à l’envers.
Vrai que je me sens de retour depuis quelques jours.
De retour.
D’un lieu qui n’était pas moi. Un retour grâce à toi et à ce nous et à cette formation.

Si comme voilà tout était un tout. Si ce tout était un jour cela serait un mardi. Le jour de Mars. Guerre ? oui contre soi pour avancer toujours. Pour plonger sur la roue ou avec. Suivre la roue et être elle. Accompagner et devenir. Devenir ou revenir.

C’est là que je place le retour. Vers l’Autre. Vers l’ailleurs. Vers le vent de nos baisers flux flots. Ce qui flux sera encore. Ce qui flux germera flots.

Revenir ? redevenir. Ce qu’on à pu être juste avant de basculer, juste le moment où on a quitté la roue. et que ça tourne plus. La roue dans les vagues tu vois c’est plus que moi. C’est aussi toi. C’est flux flots qui nourrit le mouvement.

Et l’intense s’y fie. Voilà.

Jour 3

Hélas fatigué je sens poindre au coeur de notre nodalité soleil est lune, comme l’arrivée d’une brindille.

Semblant porter un genre de chatouillis, voire de pétillement, ce qui en soi en fait une brindille du troisième type.

Comment ceci va alimenter notre flux de baisers ? notre société d’échanges ?

Je ne sais mais sens en ceci potentiel.

Où vais je sur cette roue,

où vagues,

où baisers,

où m’approcher encore,

où toi,

où moi,

où nous,

où soleil,

où feu ?

ça tourne et alimente. Ainsi nait le flot flux de nos baisers. Et je le regarde vivre.

Flous, flous, flous.

Jour 1 et 2

« Laisser passer ce qui passe, demeurer dans ce qui demeure« 
Extrait de l’analyse du Logion 42 évangile de Thomas, J.Y Leloup

Comment trouver un rapport entre notre Carpe Diem, et ce Logion 42, voir avec l’évangile de Thomas ?

Peut être dans les thérapeutes antiques, esséniens, ceux de Philon d’Alexandrie.

« Le mot grec therapeia = soin est extrêmement ancien.
Platon l’utilise déjà au IV siècle avant Jésus Christ. Il s’agit au départ de soin religieux, de soin (culte) des dieux et le sens du mot est ensuite étendu à tout ce qu’on soigne (des parents aux plantes en passant par les animaux). Xénophon l’utilise dans le sens soin du corps, parure de femme .Le thérapeute est donc celui qui donne des soins mais aussi le serviteur dans la mesure où le serviteur, d’abord le serviteur de Dieu puis par extension celui qui sert (prend soin) (dictionnaire grec Bailly)

Therapeia est également utilisé pour désigner la préparation des remèdes par Diodore de Sicile ou les traitements médicaux par Hippocrate. Ces deux derniers auteurs étant médecins il est normal qu’ils aient utilisé le mot dans ce sens particulier.

Ce n’est que plus tard qu’on a lié le mot Thérapeute aux Esséniens. Philon ( 30 av.J.C.- 40 après J.C.) Juif et philosophe platonicien a écrit un texte admirable qui fait connaître les Esséniens thérapeutes ainsi que leur doctrine que l’on peut résumer ainsi:
Prendre soin du corps par une vie simple et en contact avec la Nature
Prendre soin de Dieu et de son imaginal…
Prendre soin de Son désir…
Prendre soin de l’Autre …
Les thérapeutes esséniens pratiquaient effectivement la thérapie dans tous les sens du terme : service de Dieu, service de la terre (culture) service de l’autre et nombreux étaient ceux qui allaient se ressourcer ou se soigner auprès d’eux.

Du soin de l’âme au soin du corps

Dans l’Egypte ancienne médecine et religion étaient intimement liés. Nous savons par Clément d’Alexandrie, que les livres hermétiques composaient une sorte d’encyclopédie officielle et religieuse en 42 livres, dont les six derniers comprenaient la science médicale et étaient enseignés dans les écoles.
Les médecins, en grande partie, tout au moins, appartenaient à la classe des prêtres, comme les astronomes, les hommes de loi, etc. Les élèves étaient admis dans les écoles, annexées aux temples, Les livres de la collection hermétique étaient la base de l’instruction théorique. On amenait dans les temples les malades pour y recevoir des soins…

Pour les Mésopotamiens, les maladies étaient causées chacune par une «divinité » ou un «esprit » correspondant à une partie spécifique du corps. Par exemple, le mal de tête était provoqué par « la main du Dieu-Tête ». Certains Dieux pouvaient agir à un niveau extrêmement important et provoquer les épidémies.

Pour soigner les malades, deux types de «médecins » :
L’Ashipu, désigné aussi sous le nom de « Sorcier », diagnostiquait le mal, c’est-à-dire déterminait quel Dieu ou Démon provoquait la maladie chez le patient.
L’Asu qui était le spécialiste des traitements à base de plantes et que l’on pourrait, lui, qualifier de « médecin »
Les Mésopotamiens pouvaient aussi aller prier dans le temple de Gula, Dieu canin dont les pouvoirs curatifs avaient la réputation d’être particulièrement efficaces…

Les Grecs sont à l’origine de la médecine moderne grâce en grande partie aux travaux d’Hippocrate. Mais ils ne dissocient pas pour autant la médecine des autres formes du savoir

Pour eux la religion (qui concerne l’âme) la médecine (qui s’occupe du corps dans tous les domaines : remèdes, gymnastique, régime alimentaire) et la philosophie (qui s’occupe du savoir et de l’esprit) sont indissociables. La différence se situe au niveau de la nature de la théorie et de la pratique. Chacune de ces trois approches est une facette de la connaissance et les différentes théories permettent seulement d’en voir différents aspects.

Il y a donc un dialogue permanent entre ces trois façons de considérer l’homme : la philosophie envisage le corps à travers l’enseignement médical et détermine les relations qu’a l’esprit avec l’objet corps et l’âme. La religion verra la relation de l’âme avec le corps et l’esprit.

Le corps se comprend donc d’abord dans son rapport à l’esprit ou à l’âme, ou plus exactement aux âmes :
– l’âme pensante et immortelle située dans la tête qui est l’esprit (le nous)
– l’âme mortelle et végétative dans l’estomac (ou près du foie),
– une âme intermédiaire, colérique, dans le cœur.
La vérité de l’homme, sa santé psychologique et physique, consiste à tout soumettre à l’hégémonie de l’âme pensante, qui doit seule régner sur les désirs et les sensations. La sagesse est la santé, et vice versa. Hippocrate avec sa théorie des 4 éléments – que l’on peut rapprocher de l’approche holistique chinoise – a encore cette conception de l’être

Le thérapeute est donc à la fois « guérisseur » et « religieux » … de « religare » : relier…
http://www.kinesiologie31.com/1-3727-de-la-therapie-a-la-medecine.php  »
Approche corps esprit, approche spirituelle et corporelle, approche moderne ou ancienne, le temps ne change rien à l’affaire.

Et donc pour nous ? Naissance du jour du Poisson Silencieux, jour donnant jours, jours donnant chroniques, tout ce qui se donne ici est terrible dans le jeu et l’avancée.

Parler de toi dans ce silence c’est criant, parler de nous et du noûs est hurlant comme la tempête mon cœur.

Tout s’essouffle en fait sans le flux et dans les flots, tout s’efface en fête dans les flots qui sont sans flux, et pourtant quand on y arrive, on l’atteint, les flots flux, ou le flux flots, ce rythme en cœur marqués.

Laisser passer ce qui passe, et moi je suis l’éternel passant sur cette vie entière, je suis l’aube qui se quitte pour le jour, je suis le jour qui s’éteint dans le crépuscule, je suis l’impermanence, tant que parfois je ne suis plus, ou guère, je m’évapore lentement, restant fumée, restant brume, un instant de temps, ou le tant d’un instant.

Un jour je trouverai la roue dans les vagues, et là je parlerai d’action, et un jour je trouverai aussi comment demeurer dans ce qui demeure. À l’infini de mes baisers. À l’attention.

Surement renaitre dans l’écho. Surement.