Jour jour 1:7

(librement inspiré par Da Silva) J'essaie pourtant de l'expliquer mais en vain. Je vais tenter de l'écrire dans les chroniques mais sous cette forme ça ne sera pas clair non plus. pas sombre non plus je n'exagère pas je n'exagère plus je ne suis plus là, mais je reste encore pourtant. Comment alors oui comment le dire si c'est pour rire pour sourire, je respire comme si c'était la fin comme si c'était…

Continuer la lecture

Jour Seize

"Je sais ce qu'est le passage des jours, je sais sans le voir car je ne masque pas, non. Devant les yeux ou sur le coeur, une main n'est qu'une main, elle ne peut pas être un masque. Elle ne peut être que cette main qui te touche aussi, qui s'envole vers toi, qui devient toile avant l’étoile, qui parle haut comme je passe bas, si si m'engouffrer sous tes jupes toi fleur…

Continuer la lecture

Jour 15 en quinte flush.

A vouloir avoir on passe à l’autre on se coupe d’un au revoir, d’un heureux voir. Tu t’envoles dans un plein de charmes, de l’autre coté du miroir là où se teint, montre son attrait des différences, l’amour. Et dans les pleins et les déliés, les pertes de chaines et les nouvelles attaches, les jeunesses soulevées et les vieillesses tranquillisées, là il y a émergement encore. Les flots flux au moindre détour, au…

Continuer la lecture

Jour 14et.

Se rencontrer. Captiver par le regard ou ouvrir les espaces entre L’autre et Soi ? D’une lune est l’Autre. D’un soleil mène à l’Un. S’ériger c’est se dresser se montrer prendre racine dans le haut, s’ériger c’est aller vers le G finir en haut ciel, commencer en ciel haut. Bleu. Captiver le regard comme si prendre tout comme fascina * comme érigé, dressé, capture l’instant ou capturer l’essence de… Ouvrir les espaces dans…

Continuer la lecture

Jour Pi 3.1314

"Parce que t'as vu des guns Dans ta vie, tu dis que t'as du vécu Mes mots te perceront l'âme tant ils sont aigus "  Oxmo Puccino Parce que les larmes ça ne sait pas monter quand c'est dehors, descend, descend. Parce les mots ça parvient aussi à tomber, et pourtant ma voix accompagne, nue, enveloppante, je suis ici ou là. Parce que tu es là, que les sons, les sensations, les images...…

Continuer la lecture

Jour 1.1

Private Investigations. Dire Strait. Le chemin qui s'annonce, les mots en sont lourds, les mots signent, et moi je singe ou je saigne de mon sang quelques roses, et un peu d'huile pour la roue dans les vagues, la route dans les vagues, car je me sens partir avec elle, sur la route dans les vagues, suivre le flux flots et voir, percevoir, loin ? percer voir ? car serait ce un voile…

Continuer la lecture

Jour 10

Là quand c'est haut c'est que le matin calme, et les mots fuient vers Sion la blanche. J'aurais aimé pouvoir te faire garder souvenir de mes mains, de mes mots, de mes larmes et de mes rires, mais tout passe car nous sommes passants. Alors dans l'aube je te souris, au midi je pose mes mains, au crépuscule je tombe à genoux, et à la nuit je pleure. C'est ainsi c'est aussi comme…

Continuer la lecture

Jour 9

Terriblement fatigué. Lire ce texte de Maitre Mô c’est terrifiant, c’est aller au fond d’un soi que l’on ne peut pas aimer. Cette fange qui colle à l’humain, sans fard. Terrifiant car nos relations humaines sont si … J’ai même du mal à penser, poser quoi ? Des mots, pour dire quoi ? Des choses, et pourquoi ? Comme si dire changeait la force des choses d’ailleurs ou d’ici. Le devenir humain, c’est…

Continuer la lecture

Jour 8 1/4

-S’approcher du mur peut être ? Porter comme un anneau, d’un horizon clément, porter comme une danse au bout des doigts, une sarabande dans les lumières portées, une danse de passion et de joie, toute de sensualité exacerbée. -En douceur, dolce, dulce, sweet, en douceur, s’effacer tout en restant là, disparaitre dans le soir, revenir dans la nuit, par la brume je me redéfinirai, je me reparaitrai, devenir lune à mon tour, sortir…

Continuer la lecture

Jour 8

Traverser le miroir. S’en approcher c’est déjà poser le regard sur. C’est soudain se retrouver déposé dans un coin du dit miroir, là de l’autre coté, c’est la lune, dans ce coin déposé. Le rythme c’est comme une forme de courage, ça englobe le cercle des ombres, ça se définit par la tonalité, la couleur, l’intensité. La forme c’est souvent celle de la roue dans les vagues, et quand tu la vois c’est…

Continuer la lecture

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger

Fermer le menu
Creative Commons License