Au

On a plongé vers le lit de la liberté sur l’ile sauvage nos cheveux emmêlés pour te revoir encore une fois j’irai mourir devant l’autre qui lui porte ta main Si j’ai changé ? non et pourtant ce n’est que moi qui peine là l’autre idée de l’amour que tu ne connaitras jamais je me rappelle de ton soleil maintenant que ses rayons portent seulement la mort tout est déguisé en toi peut-être…

Continuer la lecture

À Gabrielle

Ce que vous aviez construit cette immense maison sur un coeur de cristal toutes  ces particules ce que de peur le néant s’enfuit pour avancer pour plus vite décoller   Je ne sais peur d’ombre tout lacher vous exaltiez mes cendres d’or et de lumière me parant d’une cervelle vous qui en aviez pour deux   Vous étiez l’Art la fée comme elle apparait la Dame qui porte le talent Le rouge ami…

Continuer la lecture

Une ébauche sanguine à colorer de sentiments

D'où ce passé l'autre est mémoire elle s'est laissée ivre continuer par là chacun de mes pas la main dans la courbe J'ai du mal à continuer l'odeur suit mal la découverte et le mensonge la sueur le silence tout encolle la toile Sur le mur la chanson pleine de fleurs de quoi faire plisser tes yeux rieurs D'où ce futur couvrir l'avenir te voir revenir te battre pour un souffle te relever…

Continuer la lecture

La vie doit-elle être une colère ?

On se regarde si peu en fait, on ferme les yeux, on les oublie presque, volontairement, on ferme, on se referme, on s'enferme, tous prisonniers, tous coupables, tous attendant la vie sans vouloir la fréquenter, tous en pleurant une liberté qu'on imagine, on l'a jamais cherché mais on aimerait tant l'avoir trouvé, on s'enferme, et un mien ami disait " y a-t-il une vie avant la mort ?" On est tant mort en…

Continuer la lecture

Luna, Loubnatique

Lune qui efface s'efface dernière de mes lèvres closes fermées ou si la derrière des ouvertures crême sur le drap posé tes baisers sous l'ombre des étoiles des nuits où se découpe la cendre aux visions fermées tu ressors hors la dune marchant marchant nue toute sur le sable tu es le grain tu es où se pose-t-il le regard de dieu, où ? Dans quel état se cache ton regard toi ?…

Continuer la lecture

A toutes voiles et sans vapeur

Photographie de Ernesto Timor     Je t’ai vu cuivrée mon amour, seule au monde à toiser, le quart du temps qui se montrait là, et ton sourire derrière le voile, tu te cachais, tu me cherchais, tu m’envoyais des nuances de baisers, des zestes de soupirs, ta bouche masquée derrière le voile, tu paraissais, tu m’envolais, tu reculais, tu soufflais même par moment, et à d’autres faims me voilà pantelant, le désir…

Continuer la lecture

À propos de…

L'âme y a-t-il quelque chose à comprendre ? Comprendre ? s'éprendre vers l'infini ou vers l'au delà, s'il nait une âme, jamais cela ne sera dans un filet, s'il est une fl'âme c'est qu'elle touche d'abord le coeur, le corps d'une femme, l'oubli de toute naissance, désirée ou pas, tout passe par ce col parfois funeste, mais tout y passe... Même si des hommes dansent le long de la frontière et parfois tombent…

Continuer la lecture

Rebatir une île

photo credit: Tonyç Plus tard l'été se souviendra l'aube presque détendue le rouge à la rapace courrait encore plus vite Plus nus encore Ils se souviendront Que vouloir soulever la jupe que le douloir ne pose plus le pas je devrai rougir de faire et puis m'enfuir mais je devine mal mon ombre je suis seul à ne plus voir sous le soleil je suis vagabond et j'ai faim de toi de tulle…

Continuer la lecture

Ylia

Il y a un amour, il y a Et tous les mots n'allongent que le pas vers demain Ylia oui c'est de l'amour qui fait le besoin de guérir ça vaut la peine Ylia, tout partage toute vision toute larme tout rire toute pensée Ylia tout de toi fait naître un trait d'espoir surtout pas des espérés, non surtout pas Mais tous des rois, des reines, qui portent couronne par leur coeur flamboyant.…

Continuer la lecture

Le coeur transfiguré de Désirée Thomé, remix.

"Si je t'aime ? Je t'ai toujours aimé." Je nierai pas plus loin aux dires du capitaine, et ma langue linceul s'emporte dans tes murs perturbant l'horizon, quand je rentres au port je l'infiltre dès le bord, dès le bas de tes lèvres, il est temps de sertir les diamants, peaux de nos amours, je nierai pas plus loin me dit le capitaine me serrant trop fort contre lui, et je maudis dernière…

Continuer la lecture

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger

Fermer le menu
Creative Commons License