Même si cela ne finit pas un rêve pourtant là c’est comme la fin du rêve vois-tu
<a href="https://pixabay.com/users/komposita/">komposita</a> / Pixabay

Même si cela ne finit pas un rêve pourtant là c’est comme la fin du rêve vois-tu

Même si cela ne finit pas un rêve pourtant là c’est comme la fin du rêve vois-tu Je ne sais pas aller jusqu’au bout oui Blaise ce sont tes mots qui s’avancent vers les miens et c’est un mythe c’est comme à la fin du rêve vois-tu c'est un mythe comme lorsqu'elle y a enterré son puits et qu'alors tous les temps sont morts aux racines du monde du fond de mon cœur…

Continuer la lecture
Jour 23 – Esquisses d’un quotidien
<a href="https://pixabay.com/users/fietzfotos/">fietzfotos</a> / Pixabay

Jour 23 – Esquisses d’un quotidien

Exprimer en quelques mots ce qui fait les bons de ma journée. Les bons échos, les bons moments qui sont l'aube de ce qui se passe ensuite. Et restent toujours là en moi, s'intensifiant, s'inscrivant dans mes heures gènes. Là où temps éclair. Franchir la porte. Trouver la musique, y poser mon coeur, mes mains, mes ombres et mes lumières. Regarder, ressentir, comme s'inscrire, comme être écriture sur soi. Noter chaque sursaut, chaque…

Continuer la lecture
Jour 22. sous les auspices de l’opus 35.
<a href="https://pixabay.com/users/MSR_Photography/">MSR_Photography</a> / Pixabay

Jour 22. sous les auspices de l’opus 35.

"Jouer de ce violon plein de cendres, jouer avec les oiseaux sur la crête, jouer avec Sara comme avec toi Carl, jouer pour ne pas rêver, oui jouer, ne pas rêver pour ne pas aimer, oui jouer, ne pas aimer pour ne pas souffrir, oui jouer, et se perdre, encore" Je ne vis que d’écho, en écho, ces échos. Et je ne suis qu’écho d’ailleurs là ou souvent, je m’envole avec mes mots,…

Continuer la lecture
B-rève de 21.
<a href="https://pixabay.com/users/kordi_vahle/">kordi_vahle</a> / Pixabay

B-rève de 21.

Faut il aller où coeur nous attire ? Ou plutôt se laisser pousser vers... par celui ci. Où là enfin comme là ? Je me penche sur les flux flots a les toucher de la langue. Là je tremble larmes au bord comme au nord. Le génie du chaos aux limites déambule. Se frotte contre ma langue. Alors je me couche sur le flux flots. Tentant. Entêtant. Entêtement. Irriguer de ma sève. Nourrir.…

Continuer la lecture
Jour 20.
<a href="https://pixabay.com/users/Greyerbaby/">Greyerbaby</a> / Pixabay

Jour 20.

Tu vois, si c'était, s'il était une fois. Je dirai, voilà. J'entends dire souvent :« comment peut-on se regarder dans une glace quand on a les mains couvertes de sang ?» Alors moi là j'ai envie de vous dire. Regardez mes mains lorsqu'elles seront recouvertes de sang, oui, regardez donc, regardons, comme si là dans ce moment je pourrais me regarder dans la glace pour savoir si, oui savoir si j'ai encore le…

Continuer la lecture

Jour dix neuf

Jour dix neuf S’avancer c’est avancer, marcher c’est deux pas, l’un après l’autre. Tu vois D’âme c’est comme l’encre verte, c’est comme la chaise longue, c’est le vent de l’énergie, le temps de la non-phrase qui se présente. Au présent comme un présent. Alors d’heures en nuages, d’heureux nuages, gommés par les cumulus, étonnés par le bruit de chiffons de ces horizons de coton. Tu avances. Circulaire façon de marcher, s’enrouler, se dérouler,…

Continuer la lecture

Jour jour qui sont Dits et huit.

"Dans le véritable amour, c'est l'âme qui enveloppe le corps" Nietzsche. Dans l'âme qui s'enroule autour d'un doigt c'est l'estime et l'intention qui commencent à remonter vers le poignet, le coude, le cou et les lèvres. C'est le regard qui creuse, se creuse pour être rempli par l'autre. C'est le crépuscule qui s'en laisse à la nuit, mystérieux dans le sombre silence. En Attente d'Intention. Des nuits sauvages et douces. Jusqu'à l'aube, avant…

Continuer la lecture

Jour jour 1:7

(librement inspiré par Da Silva) J'essaie pourtant de l'expliquer mais en vain. Je vais tenter de l'écrire dans les chroniques mais sous cette forme ça ne sera pas clair non plus. pas sombre non plus je n'exagère pas je n'exagère plus je ne suis plus là, mais je reste encore pourtant. Comment alors oui comment le dire si c'est pour rire pour sourire, je respire comme si c'était la fin comme si c'était…

Continuer la lecture

Jour Seize

"Je sais ce qu'est le passage des jours, je sais sans le voir car je ne masque pas, non. Devant les yeux ou sur le coeur, une main n'est qu'une main, elle ne peut pas être un masque. Elle ne peut être que cette main qui te touche aussi, qui s'envole vers toi, qui devient toile avant l’étoile, qui parle haut comme je passe bas, si si m'engouffrer sous tes jupes toi fleur…

Continuer la lecture

Jour 15 en quinte flush.

A vouloir avoir on passe à l’autre on se coupe d’un au revoir, d’un heureux voir. Tu t’envoles dans un plein de charmes, de l’autre coté du miroir là où se teint, montre son attrait des différences, l’amour. Et dans les pleins et les déliés, les pertes de chaines et les nouvelles attaches, les jeunesses soulevées et les vieillesses tranquillisées, là il y a émergement encore. Les flots flux au moindre détour, au…

Continuer la lecture

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger

Fermer le menu
Creative Commons License