L’insupportable désordre de l’Amour (l’IdA) 3 –

Paroles d’Eros

J’écoute les oiseaux là bas qui ronflent bas sur la lisière
les troncs lacés bien serrés, je les regarde défiler tous à mes pieds


oui je suis juché…

eros-marc-camelbeke

 


D’un regard sauf sur cette épaule je laisse couler, je laisse les mots qui viennent, et les regards qui vont à Rome autant que des caresses revenant halte hier faire leur pause à Paris


Alors oui je suis juché…haut sur le ciel me suis couché, et l’arc et ses quelques flèches déposés…
Je ne me sens plus bien, je ne suis plus d’époque, ça tire partout mais l’amour ? où est-il passé ?

Pourtant je sais moi fils du Chaos que le désordre vient avec moi, le bien puissant désordre humain
J’en sais les mots mais ça me fait triste là, ça me fait triste quand je passe par Paris
Moi qui aimait les aubes après la musique pour y trouver deux coeurs vibrants à la même heure
je suis tombé ce matin là, à genoux, dans tout ce sang…
Quand je me dis tu penses à moi mais voilà y a jamais plus personne
Vive la rumeur des choses, et ces caresses dans tes yeux bleus
Vive la belle humeur et la Belle Epoque, et ces échos qui passent de ton coeur au sien, qui reviennent quand je les touche encore une fois et s’accélère, et s’accélère

alors je suis oui enfant du désordre, que je pose mes doigts bien au delà de la morale et j’en suis fier, car c’est bien elle la morale qui tue au nom d’elle même et tue encore aux terrasses des cafés comme dans les salles de concert.
Alors oui je suis l’enfant du désordre, et je brise parfois quelques structures, quelques mariages, quelques histoires bien antérieures
bien sûr, j’en sais les mots quand je vous touche de ma flèche d’or
Et l’abri sombre de vos lèvres sombres et plus de mots mais des silences et des peaux, des peaux qui luisent, qui s’étoilent comme d’antan dans les cieux.
Et parfois même, ce sont deux soleils que j’éveille et je les regarde trouver leurs mots, leurs éclairs échanger, et les lumières, les lumières partout briller.

Laisser un commentaire