Un jour trahir. Un jour mourir. À …ir, à …ir.

Et si j’ai les lèvres en couteaux, je ne tremblerai plus.

Et si j’ai mes larmes en faisceaux, j’espère que le froid leur fera découper quelques chairs.

Un jour trahir. Un jour s’enfuir. Un jour mourir. S’il n’en reste que trois.

S’il n’y en a plus que deux. Raccourcir.

Et un seul ? Finir.

Cet article a 3 commentaires

  1. A long time Pat
    So nice to read U, even if extremely sensitive & kind of hurtfull poeme!
    But this is your way, is it!
    Bravo
    Amitié à toi & ta Tribue

  2. À ir… comme Air … !!!
    Ici tout comme ailleurs … J aime toujours autant … te lire cher Pant … !!!
    Bon week-end … Baiser à toi

  3. Pourquoi pas un jour a désir… à rêver pour le plaisir.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Creative Commons License