1182

Si j’avais inventé la lune soleil tu te marierais et mes paupières définitives

fermées se couleraient de suint

Si j’avais parlé l’aube Aurore tu m’aurais pardonné mes tristesses comme mes faiblesses

coulées dans d’étroits défilés

Mais je ne suis que fumée et toi de ta lame délicate tu écartes tu m’écartes tu me sépares

sans fin sans frein

Et pourtant je ne trouve même pas mes larmes

Et pourtant moi je ne voulais que ta paix et calmer le vent du dedans

Alors oui forcé je me tais je me couche je ne me soulèverai plus que de peu

à peine de quelques doigts

Je me couche là où il ne me reste aucun mot.

1 pensée sur “1182”

Laisser un commentaire