Ce soir il pleut des ombres

des lunes noires qui ouvriront la porte des cauchemars

il pleut comme je pleure inside dedans

des cendres trop grises bien trop maintenant

 

Ce soir j’ai pris un feu bien sombre

qui saignera d’autant de belles larmes

des qui coupent se découpent

des qui couvrent et ne se découvrent

pas

oui encore une fois

ce soir il pleut des ombres

des lunes noires et voici la fin sans gloire

juste le point final qui ne figure même pas

se parle se lit mais disparait quand on ferme les yeux

attrait de magie dirait Mû

attrait de larmes dirais je

inside dedans je ne suis jamais qu’un enfant.

 

où suis je donc quand je lis Luna je me dis “oui un jour tu retomberas sur terre”

basque-52

Cet article a 20 commentaires

  1. C’est très beau

    (…)
    Impose ta Chance
    SERRE ton bonheur
    Et vas vers ton risque (…) R Char

    Je t’embrasse fort aussi.

    1. René Char étais plus joyeux que moi 😉 et plus grand poète aussi. le risque oui c’est l’avenir, on y va, même si… je t’embrasse.

  2. Tout comme le sel fait fondre les pigments … celui des larmes de tes mots Pant … fait fondre la * Banquise * … !!!

    Superbe duo d images … !!!
    Bon matin à toi
    Baiser

    1. les larmes gèlent aussi je pense, sur ma banquise qui est le derme d’une Gaia totalement Femme, même le gel porte en lui l’amour de l’autre et pour l’autre.

      1. J aime * le derme d’une Gaia totalement Femme * encore ici tes mots sont … pleins de ressenti … !!!
        Doux week-end à toi Poète

  3. quelles belles lunes noires, de ta pluie nocturne Pant …

    1. Douce Servanne, content de te revoir. Ah les lunes noires, oui elles sont belles, mais riment trop facilement avec espoir et desespoir.

  4. Sourire à l’enfant qui est en toi. A l’homme aussi.
    J’aime beaucoup cette photo. Où est-ce ?
    Va bien sinon pan-pan,

    1. Je le vois peu souvent cet enfant, il a peu vécu en fait, peut être qu’il espère encore en la vie, quelque part. C’est à Bayonne, pays basque.

  5. attrait de magie
    attrait de larmes

    C’est profond, c’est beau …

    Comme un ruisseau coulé sur la fleur de l’eau, qui pétille une lame, et qui pleure son âme-larme froissée …feu …

    L’essorage d’été …

    1. L’été oui essore les choses, il manque d’eau cet été, il cherche et prend partout même en nos ombres coeurs.

  6. Il n’y a toujours que l’avenir de toutes façons .. refuser d’y aller est impossible et la Luna sourit, éternelle femme, LA femme inatteignable au sein de laquelle nul enfant ne peut rester !

    1. Oui si l’avenir était une femme ? du moins pour un homme bien sur. alors peut on l’atteindre cette douce image, cette future passionnée ? Oui parfois, mais elle fuit elle avance et nous devins avancer avec elle pour ne pas la perdre.

  7. Bonjour Pant,

    Cette musique tienne, cette musique tienne ! et l’enfance éternelle à laquelle offerts, donnés, nous ne cessons de ne pas répondre. Sois salué !

    David

    1. Cher David, que deviens tu ? content de ton passage par ici.

  8. Come on Pat…
    Every body is waiting for You
    Give us some words…
    In the meantime I’ll get to you Saturday
    I’ll chill you out..yes I will….
    Your mate
    Bercée

    1. Et bien ma chère, merci de me pousser mais les mots viennent quand ils peuvent.

  9. Un beau texte, qui serre le mot pour un sens précis, concis.

    1. Ile je t’en remercie. Content de te revoir par ici.

  10. la photo m’a interpellée, alors je me suis arrêtée un peu… Je connais si bien cet endroit, ces pavés mouillés, le vent dans les fanions, … même en noir et blanc j’y vois la couleur… bise en passant… si sensible au derme de Gaia ma nourrice aussi…

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Creative Commons License