Les enfants de faïence

Je suis revenu sous la mitraille brume des enfants de faïence

Lou caresse moi mais en douceur la vie qu’il faudra me faire

pour oublier ces violentes frontières

Je suis revenu

et si je cours j’estime le vent la lune et d’autres enfants des naufrages nous voilà

est ce que ce vent est la fontaine mystère d’entre tes mains j’en sors à peine ?

la plume de tes baisers

et si je tend mes je dois à la lune je dois parler je dois parier je dois prier pour d’autres Ishtar où alors feras-tu couler mon sang ?

Et si la nuit elle me dévore j’en reviens pas j’en reviens pas

je coulerai pour toi je sombrerai ma foi j’amerrirai plus bas plus bas et si la nuit elle me dévore j’en reprend pas j’en reprend pas

putain c’est l’aube et ces matins qui tournoient et mes bras sans toi

j’en rêve j’en dors à peine si je ne sens pas ton pied contre le mien

dors dors petite plume

tout est à tes pieds

et si la nuit elle me dévore je pense encore à toi encore à toi

5 commentaires

  1. Marlou dit

    Terminer ma visite chez toi sur tes mots tout neufs … j aime … !!!

    Tout comme la banquise ressenti à la lecture que le tout est chaud … brûle comme de la glace lorsqu on s y colle … !!!

    Beau & Touchant

    Voilà … pour toi Poète une belle semaine … en pensées des couleurs vers toi

    Baiser

  2. Ah l’enfance
    L’enfant délogea la panse
    L’enfant a dit ses mots liminaires
    L’enfant ne voulait que sa source….

    Sweetness, Tenderness, Affection, Thougthfull…well! well done….
    As usual…keep up..It’s realy just so great over here!

    ps: Connais bien moi Mésuline ou tite sirène & your Mister ‘lui ou D’….c’est rigolot que nos chemins se recroisent ici
    Chez Ami Pant…

    kisses…

Laisser un commentaire