Luna, Loubnatique

Lune qui efface
s’efface dernière de mes lèvres
closes fermées
ou si la derrière des ouvertures
crême sur le drap posé
tes baisers sous l’ombre des étoiles
des nuits où se découpe la cendre aux visions
fermées tu ressors hors la dune
marchant marchant nue toute sur le sable
tu es le grain
tu es
où se pose-t-il le regard de dieu, où ?

Dans quel état se cache ton regard toi ?
où se niche l’aube sinon dans ton coeur
quand tu fermes les yeux

Tu les fermes
tu les
tu je te le dis
tu

la redite je la dois au doux et magique Lutin qui lutine.

1 pensée sur “Luna, Loubnatique”

  1. Luna somnambule
    Rêve
    A la nuit close
    Ou si là, de vent
    Ou si là, de grandes étoiles.

    Sur la main, posée
    Blanche sur le drap rosé
    Un baiser sous l’ombre du petit jour
    Après des nuits où se découpe
    Le feu des visions
    Ou est-ce le bruit de l’eau
    D’où tu ressors hors la brume
    Marchant, pleurant, nu sous le ciel
    Tu es le grain et l’ivraie
    Tu es
    Mais où te poses-tu ?
    Dans quel regard te caches-tu, toi ?
    Quand tu crois voir
    Alors que tu fermes les yeux,
    Appelant à la Lune
    Nue
    A son balcon

    tu les
    tu je te le dis
    tu

    Merci Pant (et Lutin) pour l’inspiration qui alimente mon blog .. un peu désert depuis un moment

Laisser un commentaire