Je suis né là

Sixio Rolando Cyril

Je suis né comme si j’étais un autre comme ma vie s’efface après l’autre je ne suis qu’un ange à moitié habillé je pleure sur les plumes que j’ai perdu et si j’aime j’aime tant

Je suis allongé sur un sol carrelé sur la neige une autre fois et là-bas aussi je pleure je suis né et sur l’aube je ne vois qu’une chose tu n’es pas là

lalalala la la lala lalala lala la là

Je chante dans les éclairs et la nuit avant que l’heure apporte la pluie que les nuages lentement se posent à mes pieds et commencent à me conseiller monte pas sur moi je supporte pas l’humidité de tes mots

Regarde l’or il fait face et comme d’habitude il brille même s’il est un peu plus terne que moi je pleure et je cajole tes mains avant l’aurore que je demeure couché à tes pieds mon image à la tête percée et loin je vogue

Moi le petit homme de boue

Qui se ventre isolé se maudit parfum de l’eau qui boût ou là encore trainant la bouteille derrière sa tête crie à tue tête  » où se cache le nid ! go sur les escabèches, les roturières, les hauturières, les salmigondis, les marchandes de peau, les rivages cloutés, les hypocrites aux seins sourds recouvert de lin lourd, on ne mélange pas on ne regrette rien, non rien de rien, la vie qui veut ça, ce regard, la femme qui s’envole, le petit oiseau le paradis, l’épaule-tatoo, la lune dans le caniveau, le cri qui parle encore plus haut, le soulagement du fléau, le baiser avant le tombeau, tombe, tombe, tombe encore tombe ô tombe ! »

Mon arbre se lève tel un inconnu se rue vers un univers ainsi nu se course seul ensuite le chapeau bas sur le ventre lui aussi mon arbre ce tel inconnu s’est vu presqu’éteint par la nuit qui venait enlever là quelques baisers de mes bras allongés sur lui

Mon arbre cet homme incongru qui se tient sur un fil ténu se tait enfin quand le sommeil me vient l’eau sur laquelle je prends songe étire sa vague opportune le vent aussi saisit l’instant et se détourne de moi

Je dormirai seul tandis que là né je suis comme tant d’autres marcheurs du val

3 pensées sur “Je suis né là”

  1. Autre bien joli texte Pant … !!!

     » Je chante dans les éclairs et la nuit  » aucun besoin de Musik ici … à te lire tout y est … j Aime … !!!

    Baiser

  2. Jeu ne peux de la musique refaire les mots et encore peu de mélodie qui se détache sur cette mer où je me trouve peut être plus dans la bouteille derrière tout ça que dans la tête ou dans la fleche.

Laisser un commentaire