Heart shaped glasses

D’une pointe perle la goutte comme un nuage

celle qui délivre son atteinte

donne aussi celle qui d’éteinte

parvient au sommeil

 

Du soleil

comme une évidence la pointe du rayon qui criminalise

la chair qu’elle apure

en la sommant de s’épurer

 

Ce souvenir du rire comme

des larmes comme une évidence

une tentative du vide

qui se veut friable dans une valse

 

Ce n’est qu’une autre chanson de Noël, des gendarmes patrouillent la ville n’est plus sure, le matin peine à se lever, le soleil refuse la pointe, mon corps se lèche sans y rêver même à la langue

J’ai même des trêves des entraves qui gelées se collent aux mains missels que des pages se détournent si elles ne songent plus guère à la prière

Alors à la caresse si j’y trouve en corps un coeur oui peut-être si la vie me relâche comme tous les mots que je rabâche en douleurs ou en souffrance ? j’avoue que là je fais plus la différence, c’est étranger et c’est moi, c’est en ma chair en mes os et c’est ailleurs, quand dire ? quel est le moment qui se présentera ? et son nom ?

Eli, comme celui redoublé qui abandonne, Eli Eli lama sabachtani,

Abandonne donne moi  sur un banc quoi donc si non des baisers ou un espoir de toi

D’autres peinent plus loin et s’enveloppent de sang et si j’entends ton cri ta larme je n’ai aucun espoir si je me  joue encore avec cette pointe, gratter comme graver ne me laissera pas plus de traces dans ce temps fugace

Et là comme la main se coince encore une fois ça finira dans la douleur d’un doigt qui flambe avant de plier ou qui se gèle avant de pleurer et comment va-t-il à la fin pouvoir te toucher ?

you as an

heart shaped glasses

Laisser un commentaire