Si

Si c’était un oiseau

Elle serait un passereau passeur de vue de vie passant de fleur en fleur cousin papillonesque d’un noir naissant

Si c’était un coeur

Il ne pleuvrait pas à l’intérieur tout brillerait avant les larmes à naître

Si c’était une chanson douce
Comme celle que ne me chantait pas ma maman
En suçant son pouce
Me serrant contre elle en m’endormant

Una cancion triste de celle que la peur ne peut vaincre mais de toute faille à quand même vaciller tester les noires heures d’absence et les éprouver au jugement de la meute aux aguets l’armée n’a jamais soigné les amants et si elle a peur de la foule se refuse à la rencontre se conforte dans le mensonge c’est parce qu’elle n’a pas de coeur la démone si elle n’a pas de coeur c’est qu’elle en a deux trois quatre ou dix chacun pouvant doter les miens démons d’un peu de tendresse.

Maigre est la Noire Série quand la mort ne peut plus trop y entrer que lui reste-t-il à dévorer ?

2 réflexions sur « Si »

Laisser un commentaire