Un billet pour les nuages

Toutes les portes à franchir celles derrière tous les murs arriver ensuite dans un monde que rien ne ferme blancheur désirable entouré d’un ciel

Et si je meurs léger je serai là éléphant-nuage promenant mes trompes pour arroser les quelques fleurs posées sur mes frères plus épais, beaucoup plus épais

Alors quand tu arrives posant pied après ailes noires si noires que le chemin de nos blancheurs prend grise mine et que mes fleurs se mettent à rêver de lune

Je prends l’aile de mon papillon-croquette pour écrire sur mon cuir blanchi pigments crus qui se trouvent à aimer ta chair ta peau ton espoir ainsi que ton esprit qui exprime qui expresse inopinément quelques lueurs

Mais me reste pour ce repas succulent de mots à trouver où poser ces lèvres que je n’ai plus poser ces baisers que j’ai en trot et que j’aime à courir je le sais trop

Léger dans les arbres à traverser de quelques doigts effilochés

Que sait la lune l’étoile lointaine du feu couvant dans les nuages celle que l’on dit tonnerre quand elle creuse l’air fait s’enfuir les dunes

Comment habiller tes monts d’un crême inapaisé ?

4 pensées sur “Un billet pour les nuages”

  1. non, non. Elle n’est pas déchirée l’aile, lit bien. Je la prends, douceur est le maitre mot dans ce texte, je la prends entre des doigts nuageux, donc je n’arrache pas, je caresse et j’utilise, j’exprime et/avec. Ni trompée de ce fait.

  2. J aime lire ici … !!!

     » Je prends l’aile de mon papillon-croquette pour écrire sur mon cuir blanchi pigments crus qui se trouvent à aimer ta chair ta peau ton espoir ainsi que ton esprit qui exprime qui expresse inopinément quelques lueurs  »

    Superbes tes mots retrouvés … !!!
    Baiser … A …

  3. Ravie de voir Pant … la création de cette catégorie … « Série Blanche » … de plus y relire ce texte ici … C est plus que bien … j aime … !!!

    En espérant un tout plein de mots dans celle-ci …

    Baiser … A …

Laisser un commentaire