Déception ou esprit nuisible

 Courbes sensuelles

Légende du matin
quand tu pleures tu n’as plus peur
de rien
les mots qui viennent avant les gestes
et le néant
le courage qui manque quand tu es en public
toucher une épaule en passant

Légende d’esprit
qui crie bruit et fureur quand dans ta tête comme dans ton coeur
ça tonne et que ça fait si mal

Alors tu cries quand on te crie
c’est humain encore non ?
de rever, d’espérer, d’avoir un peu de vie en brut
avant de crever et de se retrouver dans la boite

Série noire
oui c’est toi aussi la dame qui vient à la fin
emporte
l’esprit pour ce qu’il me sert
oui il me serre tant que j’ai peur tout le temps

de mettre les mains avant les mots les lèvres avant dépôt
se conduire dans le mur sauf qu’on y est déjà encastré
qu’on peut plus ouvrir les yeux les paupières alourdies de pierre
on tâte on tâte et on se meurt
dans les démos ou les maux d’un pauvre roman
sauf que des mots moi je ne fais que poésie alors personne j’espère pour tuer
on se tâte sans y toucher
la vie c’est une plume cadeau qui s’envole avant de vous caresser de faire quelques ailes pour partir
quelques ronds sur la peau et emporter le rire

Et qu’on me parle pas d’oiseau lyre

P.07

 

Un commentaire

  1. Cat..2 dit

    Tu laisses l’esprit ici prisonnier des mots lus, bus et qui ne savent sortir autres que tiens de ma bouche.
    « la vie c’est une plume cadeau qui s’envole avant de vous caresser de faire quelques ailes pour partir
    quelques ronds sur la peau et emporter le rire
    Et qu’on me parle pas d’oiseau lyre»

    Cat…2

Laisser un commentaire