Si, rit noir


by Chris

Te voilà ici qui t’accroches
dans le vent le temps le jour presque le milieu du matin et qu’en suite oui
sur le sol tu déposes là quelques pas ajourant le profil d’une nuit qui revient
dans le creux de ta main quand tu l’ouvres pour que je la baise
que je la creuse de ma langue dévalant « l’avalée » de tes lèvres qui s’entrouvrent
qui se retiennent comme elles se rejoignent pour que par la fin se retrouve
l’ivresse affrontant les lendemains du vide les nuits de rêves précédents les pales instants de tristesse
tu le sais loin tout cela est
quand dans ma main je ne sens plus rien
que ma bouche devient sèche

C’est alors à ce moment las que si j’étais le crétin classique série noire
je me flinguerai ivre vide d’être trop plein ivre d’être trop plaint se préférant vide qu’être plainte
sur un mur sur un guichet sur un chemin de ronde qu’on me plaque fusil à la main enfoncé dans le dos
dans une série noire si on a droit à de l’amour on en connait la fin des flots de sang après des futs de sens pesants
la philosophie du chaos car on avance on avance sans réaliser de peur de tomber si on stoppe
la vérité c’est que rien n’est vain quand tu ouvres la bonne bouteille
et que sentir le parfum de tes alcools me donne seulement envie de boire
qu’il sera temps de se mesurer après ainsi que la gueule de bois c’est vrai
trop boire nuit à la santé
s’accoupler la nuit pourtant la santé courir là le matin au sol
retrouver mon abyssine chatte.

Les mots qui se couvrent d’eux même qui reviennent sur eux même
si on se prend au jeu du massacre
détruire dit-elle c’est le grand carnaval universel
la panique antique qui regarde les gens courir dans la folie
se coller les uns contre les autres pour se retrouver il faut se perdre en l’autre
plonger sa langue dans une bouche amie
sentir l’humide qui demande à sortir
éteindre le sec et le feu pour le moins avec des baisers…

Tout est à faire de chair et de sang quand on se veut à coeur
et de cuisson.

P.07

Powered by ScribeFire.

Une réflexion sur « Si, rit noir »

Laisser un commentaire