Comme dans un film

Comme dans un film je reconnais que je porte mal la fourrure question d’usage je pense il me manque l’élégance du fauve n’ayant que le droit de porter la plume surtout si elle s’est usée comme dans un film au début je me sens bien le matin le soleil vert qui tisse sa toile et spiderman égaré ici qui finit sa journée en galette

Me laissez pas trop rêver je mélange et rien de bon ne sort je me perds dans un nuage disco et comme je ne sais pas danser voilà l’ombre qui va m’achever je sais je sais

On achève bien les chevaux

Et cette nuit qui trop enlace regarde cette urne poétique dit-elle bien qu’elle n’ait pas de langue pour gage que fais-je encore dans ce dancing où l’on monte à cru de pauvres pouliches pour quelques gars rudes qui se gavent de deux trois pourliches

Comme dans un film qui sort lui-même d’un livre qui naîtrait d’un poème venant d’une aube encrée par un pauvre idiot oui comme dans un livre qui gomme dans un film toute horizon qui n’est pas décor qui n’hait pas lumière et je ne parle pas des frères non mais des pauvres danseuses qui se croient actrices et se perdent dans une chambre nue

Comme dans un film

Au bout du texte.

P.07

Une réflexion sur « Comme dans un film »

  1. Tout simplement Pant … !!!

     » Comme dans un film  » j ai bien aimé lire (regarder image … ) jusqu à la fin …

    Belle soirée à toi … !!!

Laisser un commentaire