Quand je triche

Quand tu me lances comme un dé/s/-incarné j'aime pas ce trop de toi qui me lâche au devant par un sourire même pas de joie Quand tu me danses comme indé-pendant sur le fil de tes proches souvenirs me voilà presque hissé tel un drap de peau où tu orais teinté de ces lumières afin d'éclairer plus loin voilà ce que je n'aime pas Quand dans le sable tu crois trouver un grain…

Continuer la lecture

Iam, la fin de leur monde

Interdit sur les télés 11min d'images vraies sur le monde et les conditions des plus démunis!!!!!! A VOIR ABSOLUMENT !!!! Honte à la Censure !!!!!! Honte à nos démocraties crottés !! Un peu ancien, mais grâce à Mikel je le remets à l'honneur.

Continuer la lecture

Comme dans un film

Comme dans un film je reconnais que je porte mal la fourrure question d'usage je pense il me manque l'élégance du fauve n'ayant que le droit de porter la plume surtout si elle s'est usée comme dans un film au début je me sens bien le matin le soleil vert qui tisse sa toile et spiderman égaré ici qui finit sa journée en galette Me laissez pas trop rêver je mélange et rien…

Continuer la lecture

Tes arbres

peinture de Marlen Guérin  Tes arbres bougent comme l’aube les regarde Aile ne s’habille guère au quart de la nage d’une fleur Les arbres rouges comme l’aube aux renards elle ne s’habille guère écartée au loin des élans Pour un au-delà des crasses sombres sur écran alter-posé Tes charmes rougissent comme la soie que l'on garde de vert soi selon ce vent qui allonge tout De parme teinte ruine de coton quenouille regarde…

Continuer la lecture

C’est ivre

Je vois le ciel de l'autre coté du lit aux heures malencontreuses j'ai au contour des yeux des nuages de cailloux le cours de l'eau lui s'enfile vers l'horizon j'ai vu le jour reposer la nuit qui se terre dans le coeur de mon amie si j'en crois son coeur meurtri Je vois le ciel de l'autre coté d'ici aux jours couchants des nuages vont la recouvrant eux que les heures enterrent derrière…

Continuer la lecture

Babet—Drôle d’oiseau

indispensable pour l'am... foi de Pant j'ai pensé le voyage d'un corsaire qui pour moi ferait naufrage, en pleine nuit de ses mains coule son bateau. Ses cheveux longs ondulés, comme ses vagues qu'il a pour moi quitté, ses tatouages de marin me racontent, que sous les étoiles, les algues s'amusent à imiter les hommes et les femmes qu'on retrouve noyés... J'ai vomi toute la nuit dans ses mains noires, un peu de…

Continuer la lecture

1472

Il pond des mots comme des braises han ces années de fond comme la nuit s'est épuisée même collée 1472 les murs et les flammes au trop peu d'écho si ce n'est la pleine lune sur leurs mots et la croix qui s'ankymose des rimes de sang pour nuire l'oslose il pond des mots même dans la mort si j'en fais trop je me traîne ski vers l'Italie pauvre de nuit si le…

Continuer la lecture

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger

Fermer le menu
Creative Commons License