5 réflexions sur « Là »

  1. Une main glisse
    retient la douceur
    comme une soie sauvage
    elle s’ouvre
    regarde et
    vite se referme
    sur
    cette transparence
    fugitive
    pour la garder en mémoire
    et le visage aussi se ferme
    jaloux de son regard
    en mémoire

    il ne faudra jamais qu’il oublie
    du cadeau il a gardé
    le ruban éternel

    la première fois qu’il
    le reverra il y trouvera la trace mate
    d’une
    larme ronde et lourde

  2. vos mots dames sont des brises
    sans dire briseuses de vent quand se dose l’écho
    dans le crissement de la soie lune
    ou dans l’ardeur d’une laine éclose à peine.

    merci d’être et d’être là.

Laisser un commentaire