Et si moi

Et si je suis
moi le chemin
dans tes impatiences
oui si je les suis pour en ressentir tous les parfums
en voir les couleurs

ignorer en un mot toutes ces douleurs

Et si moi qui entend
je n’arrive plus loin encore
je sais c’est entendu
trop de neige de lumière noire qui s’écrase en motifs
yin yang

oui et si je suis
alors tu es

as-tu suivi ?

P.07

2 pensées sur “Et si moi”

  1. je tu il
    je tue il
    je tuile
    je tu nous
    je tue nous
    je nous tue
    je nous tus
    genou tue
    je nous vous
    je nous voue
    je nous vous je nous tu je tu il
    je nous voue je nous tue je tue il.

  2. Beau jeu, fille du renouveau. J’ai en projet justement un texte qui n’utilisera que le tu, raconté par une personne, le tu comme parallèle au tue/é, pour marquer que le je ne peux pas toujours surgir quand le tue est là dans l’autre et ce qu’il inflige, ce texte serait en effet sur les violences dites conjugales.

    merci de votre doux passage.
    à propos de Easter voir « American gods » de N. Geiman
    http://fr.wikipedia.org/wiki/American_Gods
    à lire pour ceux qui ne connaissent pas.

    Merci donc de votre passage quasi divin. et au plaisir du revoir.

Laisser un commentaire