L’ode à l’urgence

Comme il est court le vent qui se pose nu sur un dos lent à se parcourir de rêves et ni l’océan des saisons ni les peuples des désirs tombés au fond du tout qui s’enfuit quand tu toi loin t’effaces du monde non ni… Comme il est éternel ce chemin qui se révèle alors là quand je me moi loin dosant l’amour chatoie et danse une poussière d’ode à ces souvenirs de…

Continuer la lecture

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger

Fermer le menu
Creative Commons License