Climat

Il te dira que le climat c’est le poids du silence dans ses mots et que pour cela la lune en fait des flambeaux qu’elle lance comme les vents pour se briser en rideaux de pluie, il te dira que le soleil c’est un étang pour le rire et qu’a fin de se souvenir de tout il plie des papiers en papillons et replie ses papillons en d’autres revers de lys, et tout ça, oui, tout ça pour que la laine que tu portes se transforme en soie, oui, c’est pour toi qu’il rêve la soie qui te vêt.

Et elle sans glace pour maudire ses rides elle sourira peut-être, elle frissonnera sous la soie, et ses tétons se dresseront vers lui, ou envers lui, et que tout cela finisse avant de commencer, sous la lune, et elle chantera par ses cris la passion du matin qui s’endort.

Et son chant appellera le vent, pour faire danser les grains de sable, pour qu’une sarabande éternelle de beauté se saisisse du monde vif, et avec ça aussi, on les verra toutes les infantes se joindre en cercle elles et se chanter se joindre se danser avec oui et tout cela dans le climat qu’il aura pensé, sans saison, sans évitement.

P.07

4 réflexions sur « Climat »

  1. Elle te dira que le temps c’est la légèreté de l’instant sans les mots et que pour cela le soleil en éclabousse l’horizon comme des ardillons qu’il lance en rideaux de feu, elle t’apprendra que la lune est une mare où se mire juste ton reflet changeant aux fins des souvenirs de ces riens, elle plie des rires en frisottis et replie ses ailes en d’autres rêves de roses blanches, et tout ça pour que les peaux que tu portes se transforment en peau de légèreté, oui, c’est pour toi qu’elle tisse la chair qui te sied.
    Et lui sans tain pour lire ses âges, il rira, il frémira sous l’éphémère et ses mains se tendront vers elle, ou pour lui, et que tout commence alors sous le soleil et il appellera de sa voix l’amour calme du matin nouveau.
    Et son cri formera un ciel bleu nuit, pour faire danser les étoiles, pour qu’une ronde parfaite encercle le vif du monde, et avec ça aussi, on les verra tous se lever et se danser en cercle et se parler avec oui et tout cela dans le temps qu’elle aura créé, sans raison, sans détermination.

    Merci Pant pour ce superbe texte, je me devais de tenter d’y répondre avec moins de talent certes …
    Cat

  2. Non ! Merci à toi Cat, ce qui jaillit de l’émotion ressenti donc tes mots en cette présence, ce qui en jaillit en moi c’est de l’émotion d’avoir réussi à toucher. oui émotion, s’il est un talent quelconque c’est le pouvoir de l’émotion, et cela toi comme moi sommes au même plan d’humanité. Bises.

  3. Sans saison, sans évitement… Climat rêvé … pour  » il  » et  » elle  » …

    J aime … tout simplement…!!!

  4. Ping : Elle te dira … | Cat.savarts.com

Laisser un commentaire