J’espère qu’il est assez beau

Oui si je pouvais comme les autres gnomes puiser au fond de mes émois faire de ma terre le plus grand des pavois que de cette fin je traine les lambeaux de mes chairs vers un puits de lumière s’il existe
Je caresserai les cendres car tout ici finit en noir surtout quand la chair brule de toute passion je caresserai mes cendres car je ne suis plus rien

Plus vite j’y connaitrai l’aube plus vite courir vers l’ivresse des hauts bouts de la foret celle qui me creuse quand elle se tisse vers le ciel de ses billions de feuilles et moi deux pauvres branches comme deux petites et fragiles bronches
Les amants d’Elysée peuvent toujours se chercher la nuit se fait fauve avant de se trouver une clairière ou un autre champ de clarté

Serre-moi si de tes bras je m’enferre serre-moi déjà là il fait trop froid la nuit n’est pas tombe et mais l’air s’y grise de cendres alors n’y joue pas pose moi ou toi fidèle car le coeur est entre tes bras
D’autres matins comme parures dans des ouragans à la traine quand leurs queues s’irisent de quelques tonnes de poussières

J’espère qu’il est assez beau comme transi celui qui se laisse tondre par le feu de ses rêves ou le froid de ses déraisons
Sur quelques désirs crèmes j’y marquerai ton nom celui là  idem finira dans la nuit tout au fond d’un rêve s’il doit se punir nous nous punirons ensemble nous n’aurons pas peur de creuser dans la mine tous les soubassements de la tendresse qui s’encave car elle est si fragile et pleine de peur que c’est con.

P.07

3 commentaires

  1. cat dit

    que les cendres se dispersent au vent qui désormais seul les caressera … pour qu’un désir ailleurs naisse et se repaisse d’un autre nom que celui disparu au noir de la nuit tombe …

    merci, très beau texte comme d’hab
    cat

Laisser un commentaire