Pierre

Si le goût de la pierre et son audace fringante pouvait laisser nos mains libres d'applaudir ou de caresser Si le papier et l'encre enfilant tous nos mots s'affranchissent de pleurer et se découvrent porteurs d'espoir Alors c'est que le cri de l'amour n'en est pas un non c'est une ode ou une symphonie qui repousse l'agonie Alors c'est que de quelques baisers salir ne se peut non qu'attendrir le présent c'est préparer…

Continuer la lecture

Encore

Tu te reproches et mes mains qui tombent sur tes épaules seul je resterai comme dans nos habits rudes prendre un autre chemin mais sous le soleil je n'ai plus de place ne reste pas mes mains dans la glace Que mes mémoires proches où lasses au matin je sais rien ne te reviens sur les mots d'un moment d'humain que des traces des croches et des places vides pour demain Tu trembles…

Continuer la lecture

Combien d’écarts ?

Une ville déserte s'est retrouvée et j'y verrai comme mon nouveau désert je ne le saurai jamais non rien d'obscur à vouloir croire. Il y a des jeux de Soleil et des mots de Lune et là voilà qu'elle s'éloigne, pas de quartier, c'est plus le moment plus de quart t'y es. Si j'ai besoin du Soleil que me reprocher, si j'ai besoin de la vie et que je la maintiens y voit-on…

Continuer la lecture

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger

Fermer le menu
Creative Commons License