Elle la rive

La rive est loin c'est aussi revenir et les mots vers ce vieil Empire mais que cachent nos mains si aile lance comme des ides et mes audaces pour mes eaux rases quelle mal a dit ce silence c'est l'hôpital qui repousse ma voix La rime est là car s'enliser c'est mon chemin loin au loin comme les six mots là et là qui se posent presque j'ai de l'eau Dace même si…

Continuer la lecture

Les scléroses…

Je remarche oui parfois sur des baumes lourdes c'est pas vraiment la place mais les torrents de mes poumons qui sentent le gouffre tendent à se bloquer sans fin Je remarche oui remarque même si deux mains rien de plus à se suffire sur tapis vieillis de l'Empire Rein ne vient plus tout s'égare dans la fumée par nos organes que silence il reste à mécaniser comme à mec à nier sur la…

Continuer la lecture

D’entre les En fers …

Sous les vers, en pan de soleil Comme en sus, s’épanouit l’intransigeance de nos raisons, et là l’abomination des limbes, en internement solitaire de nos maux sades, de nos mots solée, ineffaçables Comme du reste, à la lisière des déserts, les sables rouges en feu crevaient nos yeux arides et aveugles. Comme aussi, en mélopée lancinante et hurlante, nos fantômes, se réveillent en cliquetis chaînés Torpeur au vent madré, et la Parque et…

Continuer la lecture

Sal(i)ves.

Carl, Carl, les vers poétiques d’Anatoly sont aussi des verres de vodka en trop, autant de vers au cercueil et ils ne luisent pas : ils enlisent. Et moi que je te lise ou que tes lettres de travers(e), tes l’être en é-moi me lisent, je suis transpercée detoute part, armure en passoire, essorer les trouées des salves, c’est un tambour au ralenti : mon qu’heures, juste une question d’air. Se soûler, c’est…

Continuer la lecture

Eau s(o)ur(de) ma p-eau sur(e).

Sara ? Oui c’est moi encore que en corps queue de singe ou d’homme qu’importe, il y a une racine entre mes jambes, des milliers de rhizomes qui me retiennent de leurs dents carnassières qui m’accrochent et me badigeonnent de venin. Je ne sais pas qui de toi ou de moi a l’oiseau en cage, mais à quoi bon ces barreaux qui se resserrent et m’oppressent ? Cage dans le ventre, là où…

Continuer la lecture

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger

Fermer le menu
Creative Commons License