Trois: Lune rouge sur fond de fleurs chemise

la lune trop rouge

sur tes grands yeux bleus

laisse ton coeur sourd

que deux de mes regards las

semblants bien seuls

accourrent au devant de vos lèvres

et aussi ce rêve qui me parle

encor laisse le chemin aux prières bleues

cette grande boucle naissante qui m’amène au plus près de chez toi

même si dans les sables mon chateau s’enlise j’en referai deux

la lune est trop pâle

je la vois sur vos cheveux

elle a des sourires comme des souvenirs si souvent bleus

je sens sous tes reins comme une rivière féconde

et se livrant à tes bras nus

deux montagnes sauvages aux prières de feu

d’un rêve si beau

de mon coeur je ne sens plus le jeu

et là l’envie de mourir heureux me parait souhait

même si sur la table l’horizon m’est caché par ce bouquet de roses

ne dites rien surtout, laissez le silence épouser mon regard

vos paupières en quête d’un rai de lumière

mais pas celui qui inonde les anges des cimetières

les ailes meurtries du passant croisant les vôtres

Christiane Kuhk/ Pant

Laisser un commentaire