Lettre à Alex-8-Lettre à Grégoire

Je doute, Grégoire, que tu attendes encore réponse de ma part, d’ailleurs il est si tard…

D’autant que tes mots ne m’étaient pas adressé. Je ne suis pas Alex, ni ton ex, ni ton futur non plus d’ailleurs. Je ne suis qu’une infinie parcelle de ton présent, instant fugace qui deviendra passé à peine prononcé, prêt à être décomposé à coup d’imaginaire qui recompose sans fin les souvenirs à venir…

Oui, je te répond, bien que je ne sois ni A, ni Lex, d’ailleurs qui suis-je… Sex et Omega ? je ne sais pas… mais qu’il soit bien clair que je ne t’offrirai pas la corde pour te pendre, je préfère et de loin te proposer le rire pour me prendre.

Prendre le dernier train, ou le premier d’ailleurs qu’importe. Cela dépendra probablement de l’en-train mis à entamer le dernier acte… Prendre le train donc, tel lapin blanc se laisser hypnotiser par ses grands phares éblouissants, et ne pas le prendre finalement, s’écraser sur la voie, pour enfin sortir du rang, ne plus suivre les rails surtout, s’écraser tel fruit mûr d’api et finir en claffouti… oui l’image est belle, pour qui n’aime pas les pommes…

dis-moi, crois-tu que celle de la connaissance se dévoilera après le compo(s)tage final?

Je ne te ferai pas l’affront de te citer ici les cent et une mille bonnes raisons de poursuivre la route. Les mots trop communs, tels qu’amis, amants, le sourire d’un enfant… quoi que….

Quoi que, la douceur d’une caresse, un éclair dans un regard, le charme d’une larme, la beauté d’un geste, un frôlement d’ame, tous ces instants fugaces qui, si la solitude ils n’éffacent, la rendent plus aigue, plus « vivante »… plus douce aussi à qui n’a plus peur de tomber dans l’escalier, parce qu’une main tendue lui a rendu un peu de sérénité.

Oui, je sais, Grégoire… les mains tendues sont rares, si rares… Et parfois, souvent, comme toi j’ai envie de… mais…

Est-ce ma condition de femme qui me propose un autre décor ? aux quais de gare, je préfèrerais l’intimité de l’alcove, à la bouillie finale, une plaie plus subtile, et prendre le temps de regarder la vie me quitter goutte à goutte, perles rouges et écarlates telles les fruits mûrs de l’été, Faire l’amour avec l’a-mort, avec l’amor… pour mieux oublier l’automne et d’un soupir d’extase, d’une jouissance finale tuer l’hiver a-venir.

« La caresse de l’arme blanche
rouge cascade
sentiment d’avalanche
pensée cavalcade
il n’est pas de neige éternelle
ultime soumission
être celle, rien que celle
qui murmure ton nom »

Pourtant… pourtant… quelle serait la beauté du geste ? Aucune noblesse dans la défaite. Car le suicide, oui, osons poser le mot, le suicide n’est-il pas, paradoxalement une façon de refuser l’innéluctable ? Devancer l’échéance, refuser le destin… rompre le combat et jeter le gant… Ah, le geste serait sublime si nous étions éternels…

Tes regards se posent sur le néant, peut-être… les miens se posent sur toi, sur cette densité que tu dis perdre, ce changement de consistance. Je te regarde… et je Te vois, oui je vois, un homme en constante évolution, tel un univers en expension…

Caly

1 pensée sur “Lettre à Alex-8-Lettre à Grégoire”

  1. alors là je dis bravo c’est une excellente idée d’avoir créé une nouvelle catégorie pour y rassembler toute la correspondance alex grégoire … on peut enfin embrasser d’un seul coup d’oeil toutes tes lettres et les réponses « des » Alex. Bravo à Marjas et Caly … Franchement c’est un superbe exemple de collaboration littéraire

    petite remarque niveau présentation : tu as encore laissé (peut etre par oubli) une des lettres dans le forum de nos duos, pat … Ce serait peut etre plus clair si le forum de nos duos ne comprenait que nos poemes et rien d’autre et que tu mettais toutes les lettres alex gregoire dans leur catégorie uniquement, histoire de pas laisser de doublons … Jus a suggestion.

Laisser un commentaire