Crésus-trouver le sens.

http://www.cresusmusic.com/audio.php

Superbe cet album, duo composé d’Akim Amara et Patrick Mirandola, la délicatesse poétique des textes, est mise en nerfs pas la musique electrique mais délicate. La voix âpre parfois est porté en excellence par cette substance guitaristique.

Trois textes qui me font frissonner.

——————

Les idées vagues.

Viens, pas besoin du silence, tu vois qu’on en est sec

De nos bleus sur la chance, à dépasser les caps

Et la belle espérance

Au plaisir des vagues, au plaisir des vagues …

Epargne-moi du silence, tu vois qu’on en est presque

Une corde à son pouls à rassurer nos restes

Et recracher le tout

Au plaisir des vagues, au plaisir des vagues …

Epargne moi de ces bleus qu’on a quand on est sec,

Comme on a que ce jeu pour se blesser avec ;

On n’allait pas céder

A une idée vague, à une idée vague …

Viens, parles-moi de ce ciel, tu vois qu’on en est presque

A deux doigts de ses larmes pour s’essorer le coeur

Ceux qui n’avaient plus rien s’étaient vidés l’âme…

Au plaisir des vagues …

——————–

Le magicien.

Un homme à ma porte, je dis qu’il est magicien,

Me dit qu’il apporte la réponse à mes besoins.

Oh, il en faudra de la veine pour qu’il ne m’entraîne

Pas dans les décombres et les clefs de sa tombe

Eh bien, c’est pas moi qui les tiens …

Il me lit l’histoire qu’il y a dans le grimoire qu’il tient,

Me jure qu’il existe des écoles de magiciens ;

Oh, il en faudra de la chance pour qu’on n’y exclue personne

Et quand j’y pense, la cuillère de sa transe

Eh bien, c’est pas moi qui la tiens …

Il me dit qu’il soigne et que sa magie éloigne le pire.

Lorsque je l’empoigne il me dit que le diable va venir.

Oh, il en faudra de la veine pour qu’il ne ramène

Rien de ses vacances au pays des mages et des chiens :

C’est pas moi qui le retiens …

Un homme à ma porte, j’ai dit qu’il était magicien,

Quelle qu’en soit la sorte, que le diable l’emporte loin …

Oh, il en faudra de la veine pour qu’il ne revienne pas

Et quand j’y pense, peut-être que le diable … C’est moi !!!

——————-
As-tu vu ?

As-tu vu souvent cet état de fait ?

Un étau nous prend, fait mal à la tête,

Un métro nous rend à nos pauvres soirs,

Un matin nous attend sans plus faire d’histoires…

As-tu vu souvent cet état de stress ?

Le docteur nous vend plus que des compresses.

Un lit qui nous rend un peu plus malade ;

Un matin nous attend pour qu’ils nous baladent…

As-tu vu souvent cet état d’urgence ?

Tous les goûts se trouvent au coeur de la France.

Un jardin attend qu’on remue sa terre,

Un matin plus méchant remplit des charters…

Pourtant on avait pas choisit ni les frontières, ni les pays,

Pourtant on a des paradis, et parce qu’hier c’est pas ici,

Je voudrais qu’on me foute la paix plutôt qu’on vienne me la garder, parce que moi je n’ai rien à vendre, j’ai juste mes deux mains à tendre…

j’ai juste mes deux mains à tendre…

As-tu vu souvent cet état de nerfs ?

Dis-moi c’qu’il nous prend, tout est à refaire…

ça prendra du temps pour qu’on puisse y croire.

Un matin nous attend pour donner l’espoir …

Pour donner l’espoir …

J’ai juste mes deux mains à tendre …

J’ai juste mes deux mains à tendre …

J’ai jusqu’à demain…

2 pensées sur “Crésus-trouver le sens.”

  1. Je voudrais qu’on me foute la paix plutôt qu’on vienne me la garder, parce que moi je n’ai rien à vendre, j’ai juste mes deux mains à tendre…

    Pourtant on avait pas choisit ni les frontières, ni les pays

    j’aime dire ces choses !
    & j’aime les entendre dire !

    la notion de territoire m’échappe complètement… les oiseaux n’ont pas de frontières !ils vont là où ils veulent !

    à afficher avant toute réfléxion sur la liberté, sur la paaix, sur la tolérance…

Laisser un commentaire