13 réflexions sur « E. »

  1. Quand les signes du temps sont lourds et difficiles il ne faut pas attendre qu’un cygne les dépasse en les ignorant . Les coeurs jumeaux les décèlent , les descellent, à demi-mots et bien souvent dans le silence qu’ils interrogent dans l’écho l’un de l’autre …

  2. Non , un écho n’est pas fidèle , il déforme , ne renvoie ni à l’un ni à l’autre mais à l’étrangeté de l’espace réel

  3. Quand j’entends « jumeaux les coeurs acides préfèrent tous deux brûler « , j’entends :

     » brûler » tout ce qu’ils touchent , tous ceux qu’ils touchent .

    En effet Chris une seule chose leur est comme interdit à ces coeurs-là , c’est de s’embraser . Les coeurs jumeaux qui s’embrasent ne sont pas acides mais innocents et doux .

  4. les coeurs acides préfèrent brûler côte à côte plutôt qu’ensemble, parce qu’ils savent que rien n’est possible. Alors le cygne et sa neige romantique peut bien passer, les effleurer, inutile qu’il sache chanter, on ne pourrait de toutes façons l’entendre.

    Chris

  5. l’acide communément ne peut que bruler ou dissoudre, pas se consumer.
    et les coeurs acides se brulent peut être l’un l’autre plutot. et reste-t-il de la douceur en eux ? non, dans leur silence il n’est qu’errance et mort, dans leurs mots que rejet inconscient au prétexte moral.

  6. LOl merci Pat pour le cours de chimie! Tu nous parle de réaction en chaîne(s)là?

    Et puis Simone non je n’ai pas raison, j’expose juste mon point de vue c’est tout 🙂

    Bise Chris

  7. Vous avez raison dans la logique de votre point de vue Chris . Ce n’est pas le mien . Je ne crois pas du tout que ce soit la fatalité d’un coeur de devenir acide mais qu’un coeur a vocation d’eliminer l’acidité dont il fait en lui le constat , de s’allergiser, de se déprimer à l’extrême pour ne jamais confondre déchets atmosphérique et oxygène , de se débrouiller pour regagner ses fonctions vitales qui sont de brûler dans l’innocence et la douceur des hasards .

  8. Acide le sang qui coule dans les veines de ces deux coeurs et qui n’a d’égal que la majestée du cygne chanté ici.
    Il n’y a de douleur que dans le marais-cage, puisque ces coeurs se portent haut dans une décadente et somptueuse verité, que le lac leur soit libre, car eux seuls possèdent en vérité la brûlure tant esperer par d’autres
    lisa anna

Laisser un commentaire