Crever.

Et de l’enfer le feu qui s’abandonne
nous offre aussi le chemin de Vérone
n’oublie pas

c’est sur le sol de carbone
que naissait mon coeur
bête de somme

dans l’iris sur l’oeil
accroché
sur le seuil
j’me mets pas en colère
rassure toi
mais je visite encore un peu
j’ai des idées noires à brûler dans le feu
quelques flammes incandescence à disputer

alors que l’amour
on ne peut le donner
que je ne sais que fréquenter
et même plus frétiller
ça veut dire quoi toutes ces larmes là
juste un rire ensemble et même du bout des doigts
que je me calme enfin

je ne peux pleurer
j’ai laissé les larmes
au coeur de l’épouvantail
qui traîne derrière toi
mais où va-t-on ?
Me laisseras-tu crever
sur le seuil
pour quelques principes de cette société de merde
tu me laisserais brûler ?
Alors peut être en effet mieux vaut crever
dégonfler le pneu de mon âme assoiffée
la laisser se vider lasse par terre
de fleurs aussi en fer
de fleurs aussi aux fers
enfin crever.

P.

2005 03 26

4 pensées sur “Crever.”

  1. ..parfois j’ai l’impression malaise que tu balances des bouteilles à l’amer, mais que l’encre des messages s’est diluée. Le message reste illisible, il ne me reste que l’angoisse de ne pas comprendre.

    Petit Poucet égaré.

  2. oui le message se dilue, le cadencement des mots adoucit l’apreté de l’ensemble. mais je peux te garantir que ce texte est dans l’esprit des lettres à Alex, et même au fond va encore beaucoup plus loin que vous ne pouvez l’imaginer. alors bouteille balancée ?
    non trop plein dans la fosse à purin qu’il faut vider sinon on meurt dans le trop plein de merde.

  3. J’aime l’écriture de Pant qui parfois fait peur tout en consolant (je veux dire par là que l’espace reste toujours ouvert et qu’il y a toujours de l’espoir même quand tu écris des gueulantes, c’est du moins ce que je remarque progressivement en te lisant).
    Il est vrai toutefois que parfois on est aspiré par tes mots ce qui peut communiquer un sentiment de peur (du moins pour les sensibles et je suis sensible)!

  4. J’essaie oui de laisser un peu ouvert, que passe un brin de lumière et l’obscurité n’est plus. Peur dis-tu ? dans le sens du coup que l’on peut prendre ?
    en tout cas merci toi de me lire et de plonger dans les profondeurs antiques de ce site.

Laisser un commentaire