Boom…

Dan laissait filer les mots sur le papier, fallait que ça sorte, tout explosait en lui :

« des larmes de sang qui trainent sans cesse
but my heart boom
s’il peine hurlant des hauteurs
les ames de tout mes saigneurs sans chaines
but my heart boom

limaces collants les arthropodes débilités par le temps
onéreuses détresses d’un stress qui se cache à lui même
sans cesse je cherche un baiser qui couvrira ma faim
but my heart boom

tu étais la femme princesse qui tentait mes nuits
tendresse mêlait son rêve à l’envie
cheveux d’elfe qui volaient dans le vent de la lune
but my heart boom

la guerre toujours les armes les bombes les morts
et l’envie de crever vagabonde
défendre son pays comme une détresse
un besoin de sang pour tracer le mot liberté
pas assez de sang je ne trouverai de toute façon
dans mes veines tout est vain et je bois sans raison
ivre de haine je dérive à la tentation
liberté à écrire alors que c’est amour que j’ai enfoui en moi
but my heart boom
but my heart boom »

des nuits pareilles, des mots sans appareil, sans fard, sans haine, juste défaut des émotions qui le trainent vers son futur, rien de plus, que la déprime d’une vie qui se perd, d’un poete qui ne peut plus être le porteur de mots, mais juste le porteur de mort. Triste enfin, triste faim, triste fin surement.

P.

3 commentaires

  1. marjas dit

    Bouhhhhhh , Pant ! Tu ne me remontes pas le moral avec ce texte… J’en ai aimé les sonorités qui rythment un tempo lent, que je voudrais lent, que j’imagine lent… Toujours heureuse de rencontrer ta sensibilité, ton originalité.

Laisser un commentaire