Je m’en voudrais

Novembre
et les astres
tout ici
prêt à nous conduire au désastre

Et janvier est arrivé
et le ciel
d’acier rougie
laisse une sève acide au creux des lèvres

Ma chérie
sers nous vite un whisky et surtout un malt

Février
nous donnera peut être
une étroite faiblesse
mais si dieu nous gagne encore
laissera-t-il un pan de tendresse.

Novembre et ses astres
artisans du désastre
tous ici
nous avons pâli

Ma chérie
laisse assis-toi, je garde la bouteille
auprès de nous

Ceux-là m’ont appris
que la rage est brûlante
et que nos chairs ne veulent plus roussir

Je m’en voudrais
je m’en voudrais
de ne rien te dire tu sais

j’ai tué ma chair par deux fois
je m’en souviens
à chaque fois
je m’en voudrais…

Je me cache comme je peux
dans un ciel gris nuageux
il faudra bien un jour
que j’ai le courage
mais si seulement tu me faisais un coeur
pour guérir
celui-là, option naissance, ne sait que souffrir.

Je m’en voudrais…

Pant 2005 02 05

une réference ! :

PARIS LE FLORE
(Daho/Moxham)

De pleurs en frimes, Paris déprime, Saint-Germain s’illumine
Se fondre à la foule, dans la ville aux rencontres faciles
Je n’fais guère attention, les dessins qu’j’ai dans ces cartons
Sont mon unique passion
L’art est ma raison

[…]

Après minuit, Paris c’est fun, attablé, détaché
Regards lourds de sens et connivence pour qui cherche une main
Je n’attends vraiment rien, je viens pour y lire des bouquins
Artaud, Miller puis faut qu’j’aille
Trainer sans raison.

1 pensée sur “Je m’en voudrais”

  1. Oui sombrer dans le désastre des astres, le zodiaque n’est pas le chevalier que l’on croit, et novembre hisse haut le drapeau de la trahison…

    Il ne reste que la nuit pour ça, errer !
    nuit de toutes les chances des pires méfiances, noirs délires qui ouvrent des bras immenses, la nuit se mérite. Il faut avoir fait une traversée singulière pour y être acceptée.

    Habit de poltron, le carnaval est proche .
    Moi je retourne, dans ma nuit unique et finale.

    Lisa anna

    merci Pat’ pour ce texte qui …….tu le sais

Laisser un commentaire