Thomas Fersen-Monsieur

Sublime texte d’un chanteur décalé, et décalant. Maitre de musique et de la rythmique, de l’humour du texte aussi. Mais, pourtant là je m’y retrouve, un peu. Ou je le voudrais. un peu.Et je me plais à espérer un nettoyage éthique. Voilà je suis un fasciste, un extrémiste…

Monsieur.

Les passants sur son chemin
Soulèvent leurs galures,
Le chien lui lèche les mains
Sa présence rassure.
Voyer cet enfant qui beugle,
Par lui secouru,
Et comme il aide l’aveugle
A traverser la rue.
Dans la paix de son jardin
Il cultive ses roses;
Monsieur est un assassin
Quand il est morose.
Il étrangle son semblable
Dans le bois d’Meudon
Quand il est inconsolable,
Quand il a l’bourdon.
A la barbe des voisins
Qui le trouvent sympathique,
Monsieur est un assassin,
Je suis son domestique,
Et je classe le dossier
Sous les églantines,
Je suis un peu jardinier
Et je fais la cuisine.

Il étrangle son prochain
Quand il a le cafard,
Allez hop! Dans le bassin
Sous les nénuphars.
Et je donne un coup de balai
Sur le lieu du crime
Où il ne revient jamais,
Même pas pour la frime.
Sans éveiller les soupçons,
Aux petites heures
Nous rentrons à la maison,
Je suis son chauffeur.

Car sous son air anodin,
C’est un lunatique,
Monsieur est un assassin,
Chez lui c’est chronique.
Il étrangle son semblable
Lorsque minuit sonne,
Et moi je pousse le diable,
Dans le bois d’boulogne.
Le client dans une valise
Avec son chapeau,
Prendra le train pour Venise
Et un peu de repos.

Il étrangle son semblable
Dans le bois d’Meudon
Quand il est inconsolable
Quand il a le bourdon.
A la barbe des voisins
Qui le trouvent sympathique,
Monsieur est un assassin.
Je suis son domestique.

Vous allez pendre monsieur,
Je vais perdre ma place,
Vous allez pendre monsieur,
Hélas! Trois fois Hélas!
Mais il fallait s’y attendre
Et je prie Votre Honneur,
Humblement, de me reprendre
Comme serviteur,
Et je classerai ce dossier
Sous les églantines,
Je suis un peu jardinier
Et je fais la cuisine.

2 pensées sur “Thomas Fersen-Monsieur”

  1. et oui, plus que joli texte, d’une réalité qui fait tilt…Monsieur est un assassin, de sourires, de rimes sous son reverbere il attend l’ephemère qui le bercera avant de se bruler le bord des ailes
    lisa anna

Laisser un commentaire