Unital 8

Des deux rides sur le décor
Tu profites jusqu’à l’or
Des horizons matadors
Comme couverts de ruisseaux morts
Tu profites matamore.

En désir en sursis
Comme ici
A minuit

Des deux rides sur ton corps
Ton cœur rayonne encore
Caresse ton âme Laure
Comme envers moi tu restes dans l’accord

En délire en ennuie
Souffrir du vide de la nuit
De l’hiver jusqu’ici.

Unital 8

Pant 2005-01-07

1 pensée sur “Unital 8”

  1. Pour quelques pépites,
    les larmes s’approchent
    des sillons de vie,

    Pour voir la nuit se vider,
    il faut sy ‘etre humilié jusqu’au délire

    Et la mise a mort dans des effets de passes assassines, répliquent sur la lumière,les lasers d’un crime immobile

    lisa anna

Laisser un commentaire