Gainsbourg Serge – La Chanson Du Forçat 1 et 2

Oh oh oh qui ne s’est jamais laissé enchainer,
Oh oh oh ne saura jamais ce qu’est la liberté,
Moi oui je le sais je suis un évadé
Oh oh oh, faut il pour voir un ciel tout bleu,
Oh oh oh supporter un ciel noir trois jours sur deux,
Je l’ai supporté, je suis un évadé,
Oh oh oh faut il vraiment se laisser emprisonner,
Pour connaitre le prix de la liberté,
Moi je le connais je suis un évadé
Oh oh oh, est il necessaire de perdre la vue,
Pour esperer les soleils disparus,
Je les vois briller je suis un évadé,
Oh oh oh qui le sait, jamais laissé enchainer,
Oh oh oh ne saura jamais ce qu’est la liberté,
Moi oui je le sais je suis un évadé

La chanson du forçat 2

À dire vrai
Je suis un faussaire de compagnie
À dire vrai
Je suis un faussaire de compagnie
Un preneur de large
Un joueur de courant d’air
Un repris de justesse
Un éternel évadé
Un repris de justesse
Un éternel évadé
Un faiseur de trous
Et un casseur de verrous
Un sauteur de murs
Et un forceur de serrures
Un sauteur de murs
Et un forceur de serrures
Un faiseur d’la belle
Et un limeur de barreaux

1 réflexion sur « Gainsbourg Serge – La Chanson Du Forçat 1 et 2 »

Laisser un commentaire