Pour tes yeux

Alors il est clair que si tu le veux ma peau ne sera plus qu’un souvenir, une marche nuptiale pour un sourire qui ne vient pas. Tes regards me font un peu froid, me fondent le coeur à rebours. Alors pourquoi cette chaleur entre tes cuisses, cette brulure indécente et moi le seul devoir de ne pas subir, de ne pas avoir un soupir, de ne pas avoir un désir ? J’ai le regard allumette, un brasier au bout des doigts, et un sang lave fusion intense, Kraft ait pitié de moi…

C’est tes doigts sur mon cœur
Comme une envie de douceur
Une note noyée de douleur

Pour tes yeux

C’est des doigts sur ma peau
Comme un signe gravé sur l’eau
Un rire infime aussi noir corbeau

Pour tes yeux

C’est mes doigts qui se collent entre eux
Ne voulant plus se séparer la neige est bleue
Et ta chair une braise pour allumer mes feux

Pour tes yeux

Pant 2004-09-03

…..Dans mes yeux

Assise Sur le rebord du rêve qui obsède ta mémoire vive, j’envahis tes nuits comme une évocation aux plaisirs illicites, ceux tourmentant ta chair violemment marquée des empreintes de ma bouche corrosive, brûlée par la caresse des yeux qui se veulent meurtriers d’un désir qui ne s’étendra plus aux corps à corps versatiles. Vers satan tu viendras, je serai le seul diable au corps, le feu sous l’épiderme embrasant tous tes sens interdits.
Ignition sans fin aux feux du souvenir , tu seras prisonnier dans l’antichambre de la jouissance sans que l’eau de mon lit ne vienne te délivrer de l’infernale fournaise.

Et mes doigts pressent ton coeur indexé de folie
Comme une étreinte qui jamais ne s’oublie
L’étau serre l’organe vital jusqu’à l’asphyxie
je suis ton air, ton chant de maux pervertis.

Dans mes yeux

Et mes doigts brûlent ta chair
Au bout de chacun d’eux l’empreinte de ma colère
Mon rire de possédée te condamne à l’enfer
Tu es en moi, à moi, lacérés d’émois délétères

dans mes yeux

La neige est bleue dans ma prunelle glacée sur ton supplice
Et coule la rouge lave dans chacune de tes veines dans lesquelles je m’immisce
Pleure encore mon amour mais tes larmes qui glissent
n’éteindront pas ce feu qui retient ton regard, là, juste entre mes cuisses.

dans mes yeux

Dans mes yeux abimés, tu fonds, tu t’engouffres, tu t’enfumes
Tu tombes dans l’abime sans fond d’un gouffre d’amertume
J’ai envouté ton ame, recouvert ton esprit de mes brumes
Tu es en moi, à moi,mon rêve assassin, pour moi tu te consumes…

…dans mes yeux

Marie Dorléan le 08-09-2004

Je repense à ce que tu me disais
Quelques brulures pour un étranger
comme des mots qui viennent m’étrangler
Des senteurs d’alcool qui viennent de m’essuyer
Pansement sans rime sur peau mâle à décoller

Ame sans aile,
sans but,
Sans moitié,
Idem brut à dévorer

Coffrage interne, laisse place au désir,
Humide telle la rivière qui coule passage par mon coeur
Revenir, et maudire
Revenir mes mots dire
Revenir et maux d’ire
Humide, s’enfoncer en onde amère
pilon pour une flamme comme éphèmere
corps sauvage coton soie glissade au mausolée

Coffrage externe, sans but, montagnes dressées
Délicates pointes sur siège templier
bûcher attiser le feu, bois de renne, durs andouillers.
Mâle à partir, maille à parfaire
Nue, sauvage et soumise, jambes écartées
Canyon, montagnes trop divisées
Troupes violence à laisser entrer
Revenir et
S’en laisser aller
Halé par le souffle du cuir frotté
Exuder la saveur, la fraicheur et la chaleur de toute éternité cachée

Humide, s’enfoncer en onde amère
pilon pour une flamme comme éphèmere
corps sauvage coton soie glissade au mausolée

Quelques brulures pour un étranger
comme des mots qui viennent m’étrangler
Des senteurs d’alcool qui viennent de m’essuyer
Pansement sans rime sur peau qui peine à décoller
S’enfuir et peigne sur cheveux longs noirs à brosser
Etirer longueur pour ne rien laisser filer
Baiser chaque pouce d’un corps qu’on ne veut abandonner…

Pant 2004

Une réflexion sur « Pour tes yeux »

  1. Je ne me lasse pas de vous lire 🙂

    vous formez un superbe duo, vos mots se mèlent et finissent par se rapprocher, pourtant toujours différents, mais tellement complémentaires…

    je ne peux qu’espérer voir vos textes ensembles encore souvent 🙂

Laisser un commentaire