3-Fragilité. Elle approche. Pierre.

Fragilité. Et les ongles qui cassent alors ? même s’ils ne sont pas griffes, ils désespèrent ma peau, et font couler mes larmes. trop de soucis et mes yeux pour parler, alors qu’en fait ils ne savent pas regarder.

Elle approche. Ses mains se tendent. Luz, elle est si belle qu’ici, c’est les étoiles qui tombent, et nos jambes qui tremblent. Mais quand elle veut prendre ma main, j’ai encore les yeux fermés, et je refuse.

Pourquoi? mes yeux ont envie de noir, pas envie de voir, et Luz tu m’es plus qu’un espoir, tu brilles trop. je ne veux pas sêcher mes larmes, juste les regarder couler. La fontaine est à l’intérieur, c’est pour ça mes yeux sont fermés.

Alors ma Luz, je ne veux pas de ta main qui brule, mon destin est sans fin, et mes chagrins sans colères. Retourner toujours le coté chaud, ne garder là que le froid, le coté noir, là où il n’y a pas d’espoir, car sinon ça veut dire qu’il faut être heureux.
Je garderai donc les yeux fermés, je ne veux pas te voir, je ne veux que vivre dans le noir. Les habitudes ne peuvent que me salir, ne peuvent que me souiller, alors je reste figé en attente d’une attitude à trouver, les mots pour tout changer. Mais c’est quoi les mots qui changent ? Luz ? toiler ta lumière et en tisser un suaire, un linceul de soleil pour ma tombe opaline, tu le veux ?

Je ne sais quoi trop rêver,
trop d’espace
je garde les yeux fermés
je ne sais
que dire ici que j’aimerai aimer
je ne sais pas
encore ouvrir mes mots
juste les fenêtres parfois
et laisser les volets tirés
je ne veux pas que Luz
toi ici, tu ouvres en grand
je ne sais ce que je veux cacher
mais mon coeur s’est voilé
je le veux caché pour prier
je ne sais comment démontrer
que la nuit est mon ange gardien
qu’elle cache mes limbes
dans les nuages de ses tenêbres
je ne sais comment expliquer
que je ne veux que trouver ce feu
qui consume toutes mes pensées
prière de ne plus exister
et toi Luz te voilà à mes cotés
alors que l’été tire à sa fin
que l’hiver me montre son chemin
Luz j’ai trop chaud dans tes bras
et je ne peux même pas te regarder…

Pierre. Il est au monde au moins lui, ce monde de pierre, que je ne sais même pas tailler, comme un sourire que faudrait faire émerger, alors que je ne sais que faire émarger des notes de sévices. A toi, Luz, et toi Luz , étoile Luz, princesse du berger, clair pas un coeur à moitié, mais une âme à dévorer avec la mienne.

Pant 2004.

Une réflexion sur « 3-Fragilité. Elle approche. Pierre. »

Laisser un commentaire