ACCENTURE

Quelle excuse apportes tu là sur tes doigts
Légère mixture dans laquelle je sens le froid
Quelle nature s’incorpore dans l’aube de tes seins
Miniature du silence et d’une jouissance pour demain

Quelle voilure masque ton cœur si haut
Si ce n’est la ceinture naturelle de l’idiot
Quelle excuse apportes tu, lasse comme ça
Aventure d’un ciel voilé de nuages de taffetas

Un regard clair maquillé par tes yeux bleus
Teinté de fauve par l’éclat que réverbère les cieux
Un soupir lascif qui naît d’une nuit de pose
Et qui finira peut être par une matinée hors dose.

Pant 2004-07-27

Une réflexion sur « ACCENTURE »

Laisser un commentaire