C’est une chanson contre la pluie
celle que les nuages apportent avec toi
quoique dans tes bras
tout cela fait tres lourd

c’est une chanson contre la pluie
qui arrose la plage de San Jose
celle à l’abri de nos amitiés
là où tes bras autour de moi
se sont croisés

j’y découvre nombre
des souvenirs qu’il me reste de toi
ces souvenirs qui se teintent de soie

c’est une chanson contre la pluie
Esther c’était sur la plage de San jose
les cocktails y avaient goût de paille
ne restaient d’agréable que l’ombre de tes bras

Pant 2004-09-07

Cet article a 6 commentaires

  1. Mais comment fait-il cet homme pour écrire, écrire, toujours écrire,
    plus vite que son ombre, plus vite que mon ombre.

    Mais comme tais-tu hombre ?

    En tout cas te lire reste un plaisir

    Béa

  2. je ne sais
    c’est l’esprit Tango ++
    ça sort comme une onde
    hélàs pas toujours très pure…

  3. l’onde me rappelle le loup et l’agneau,

    Jean de la fontaine, je t’ai adoré, brave castel-theodoricien va

  4. Et tous cas, cher ami c’est un magnifique poème !

    Je reviendrai te lire ce soir et lire d’autres poètes!

    Marine

  5. merci Marine
    et pense à nous faire partager un peu de toi 🙂
    tu as ton espace 🙂

  6. constater aussi peu de commentaires àvotre billet m’étonnne sacrément 🙂

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Creative Commons License