Tunique

mâcher les mots
et les ombres pleurer
tendre la corde
et me regarder tomber

le sol vient à mes pieds
unique habileté

écraser les corps sous la souffrance
et attendre les yeux levés vers le ciel
l’éternité en délivrance

rasoirs et lames en haine
lancer les larmes pour tout faire rouiller
les murs enfin s’écraser
les femmes regarder danser

la musique pour certains interdite
minables humains
voilez vous la face
cachez vous la peine
ignorance est votre vertu
celle du macareux couvert de glèbe

si geler le ciel cause la mort du peroquet
les larmes aussi
tout reste ok
les os pour le roquet

brume en carosse
pompe le coeur de la violence
évacuer là le sang qui coule
tarir là la rivière qui mène à Aqaba
ne pas en salir les ruines fameuses
et repenser aux couleurs roses des sables

Pant.2004.3.4

1 réflexion sur « Tunique »

Laisser un commentaire