SANTA DES BARBARES-FRAGRANCE EN DELIT

Je vois l’ivrogne et sa canne debout devant sa guitare
Avec une corde il sait tout faire, étouffer les pauvres, les étrangler
Je vois des barbares dans les masques à tombe ouverte

A voir tomber les linceuls face contre perte
J’ai revu l’épisode dernier des mohicans
J’ai fait des noeuds avec mon pull pour pas oublier ma tendresse
Mais les tanks-coeurs ont de l’ombre en ouverture

Les sentiments font plus recette dans la galerie des mausolées
Marchandise et galandise ont pris le pas sur nos amères friandises

Et dieu dans tout ça qui s’englue comme dans un soda trop sucré
Cher-wood, tendre bois sacré, ils t’ont abbatu, et rien ne reste de tes abbatis
Dans les ruines d’un royaume où les syndicats ont fermés tout les troquets lumineux

Fragrance en délit c’est le mot-dit
Fragrance en débit c’est l’automne interdit
Et oubliez Anne Frank et Vlad l’empaleur
Leurs restes ont fait tant de produits dans cet art déconceptuel

Fragrance en délit automne de nos nuits
Fragrance intime de nos sourires en débit
Quand tu branches les hélices de ma flamme initiable

J’ai écrit tant de mots dans le silence que le temps s’est enfui
Les ombres ont masqué tous les temps orageux et mescaleros

Quand peut être encore dans les buis les masques obscurs pourriront de ma poitrine les origines
Je fleurirais alors de sept ans les musées de nos horreurs in….

Laisser un commentaire