Oublier

oublier
que le vent tempete
que les mots tant de betes
oublier que le cri de l’aube c’est toi
que le silence mauve c’est moi

oublier encore une fois
tout ces faux semblants
comme des histoires que l’on termine
et ces moment qui nous determinent

Pant.2004.

Laisser un commentaire