La peur eiffel 2

le reel sort tes lèvres du reel en quelque sorte
il ressort de ce contresort comme une sorte de contresens
une perte de sens vers un non sens
fendre l’air comme un météore plus rien sentir
se diriger vers le grand froid celui qui gele
qui ensorcele ou encorcele dans un corset corsage relaps
comme un météore

les reels qui se chevauchent dis tu n’ont qu’une envie
c’est de prendre corps comme dernière échéance
les reels comme tu dis ne sont jamais plus des reves
mais il en ressort comme une émotion délétère
un regard de carbone qui illumine les nerfs
une subtile caresse para-lymphatique
qui lasse de tout repos laisse filer les sourires
dans tous les coins de nos salles carrées
se faisant accourir tous les chiens de Tindalos

au regard ne pas finir hagard
te revoir et ne pas perdre espoir
dans les os, ne rien laisser
toute la substantifique moelle est bonne pour les suceuses expertes
le sang qui reconnecte tous ces tissus gangrènés
donne le gout maussade et saumatre aux altières héritières de nos [sources amères

alors en fait
je le sais maintenant
ce n’est pas trop tard
les matinées subites sous le sceau de la prophétie du mauvais regard
laisse enfin apparaitre à vos pales yeux sales
les griffes acérées de l’enemi de toute vie en nous
alors pourquoi me dites vous ce délire ne s’efface t il pas dans vingts secondes comme les autres ?
peut etre que les fumeuses secousses destructrices ne sont pas encore passées, un problème de réglage sans doute.
sans aucun doute même
les moutons de solitude
ne sont que des paysans rebelles aux yeux du salvateur bourreau.

Laisser un commentaire