JALOUSIE

d’un coeur lourd
j’irai voir le temps d’une dance
au fond du miroir
derriere les vents contreplaqués de la jalousie

elle donne sur le jardin des ivresses
elle donne son temps sur l’océan des caresses
sur quelques cailloux, voire des gravillons
elles fleurissent ces trop belles fleurs
ces oeillets qui sont à nous poêtes
et qu’on nomme du nom de jalousie

de ces fleurs nait un bouquet parfait
de ces pétales rouges sang de juillet
agencés en minces tiges receuillies
c’est de peine si je les vois ces anges
qui décorent le plafond de la chambre

car au devant plus de jalousie
plus de fleurs
plus de peurs

car devant mon corps siège la beauté, la grace
car devant mon âme réside l’amour du genre humain
et plus particulièrement un genre qui orne de tendresse tout mes mots

d’ELLe on ne connait que quelques mots
d’ELLe on sait juste qu’elle fait taire les idiots

et de plus idiot d’amour que moi il n’est plus
et de plus fou de rien il n’est plus

et de ce rien je ne guérirai sans aucun doute jamais
et mieux vaut un tendre tourment en ce monde dément
qu’un rêve qui réside en tout mensonge néant.

Laisser un commentaire